lundi 22 janvier 2018

Un nouveau concept : la publicité « disruptive »…

 
 




Aujourd’hui, L’Oréal frappe un grand coup en choisissant une certaine Amena Khan pour une pub de shampooing Elsève.

Ah ! le Grand Remplacement, en voilà, un beau sujet d’empoignade…
Évidence pour les uns, phobie irrationnelle pour les autres : s’il est un domaine qui a tranché, c’est bien la publicité.
Ici, pas de déni du réel, on est dans la vraie vie et ça coûte du vrai argent.
Vous avez remarqué, depuis quelques années, dans les spots télévisés, l’injection quasi systématique de personnes et de couples « issus de minorités visibles », comme on dit maintenant.
Il faut viser large, et la première poupée Barbie voilée sera bientôt en rayon.
Bien sûr, une marque aussi constamment en pointe que L’Oréal dans le politiquement correct ne pouvait pas passer à côté du marketing ethnique.
Il y a plus de dix ans, son directeur général avait déjà commis une charte sur la diversité.
Suivant en cela la politique de son célèbre prédécesseur Sir Lindsay Owen-Jones, qui s’était vu décerner, en 2005, l’International Leadership Award par l’Anti-Defamation League, l’organisation américaine qui lutte contre toutes les formes de discrimination.
Occasion, pour le prix Nobel de la paix Elie Wiesel, d’encenser le « cosméticien à sa mémère ».

Erdoğan est de plus en plus dangereux : qui va l’arrêter ?

 
 


Le 22/01/2018

 
Erdogan a envoyé des milliers de soldats attaquer les troupes anti-daech dans le nord de la Syrie.

Alors qu’aucune belligérance ou aucun droit de suite ne peut être allégué, le dictateur extrémiste Erdoğan a envoyé des milliers de soldats attaquer les troupes anti-Daech dans le nord de la Syrie. L’incursion est de plus de quarante kilomètres au-delà de la frontière.
Selon l’agence de presse étatique Anadolu, les soldats turcs progressent dans la région d’Afrine en compagnie de combattants syriens formés par Ankara.
« L’opération Rameau d’olivier se déroule comme prévu, l’offensive terrestre a commencé », a indiqué l’armée turque dans un communiqué.

Erdoğan a dit espérer, dimanche, que l’offensive lancée par Ankara dans le nord de la Syrie contre une milice kurde serait terminée « en très peu de temps ».
Cette vaste opération associe frappes aériennes, bombardements d’artillerie, offensive terrestre contre les positions des YPG, la milice kurde qui a été décisive contre Daech et soutenue par Washington.

dimanche 21 janvier 2018

La métamorphose de monsieur Toubon …

     

      
       
Je peux pardonner beaucoup de choses aux hommes politiques mais pas de trahir leurs convictions !
 
Malheureusement, en France, nous avons les hommes politiques que nous méritons !
Un candidat à l’élection présidentielle qui dirait la vérité sur la situation économique du pays et qui annoncerait des efforts à faire, n’aurait aucune chance d’être élu.
Mais je suis intraitable sur les convictions !
Un homme politique doit avoir un socle de valeurs et de convictions auquel il ne déroge jamais. 
Bien sûr, je suis plus sensible aux trahisons dans ma propre famille politique.
Alain Juppé, Christian Estrosi et Jacques Toubon
Quand je vois Alain Juppé accepter l’adoption plénière pour les couples homosexuels après s’y être violemment opposé, quand je le vois avoir à ce point « gauchisé » sa façon d’appréhender les problèmes dus à l’immigration alors que ces problèmes se sont largement aggravés, je ne le supporte pas !
Quand je vois monsieur Christian Estrosi tourner casaque et rendre les armes devant Macron sous prétexte qu’il a été élu grâce à des voix socialistes, je ne le supporte pas.
Surtout quand je me souviens des anciennes positions très droitières du même monsieur Estrosi, il y a quelques années.
Et il y a aussi monsieur Toubon, qui, dans les années 80, adoptait des positions très dures vis-à-vis de l’immigration et qui, aujourd’hui, en tant que défenseur des droits, fait la leçon au gouvernement quand ce dernier veut savoir qui fréquente ses lieux d’accueil des immigrés …
 
La magazine Le Point a comparé les positions actuelles de monsieur Toubon sur l’immigration à celles qu’il défendait dans les années 80.
 
Voici son tableau de comparaison :

Arrêté en Syrie, un djihadiste veut rentrer en France, son geôlier le recadre face caméra (VIDEO)



Arrêté en Syrie, un djihadiste veut rentrer en France, son geôlier le recadre face caméra (VIDEO)

©   Capture d'écran vidéo du documentaire "Un djihadiste face à son geôlier" réalisé par France 2
Un djihadiste présumé face à son geôlier.
 
«Un djihadiste face à son geôlier», tel est le titre d’un reportage diffusé le 20 janvier sur France 2 dans le journal de 20h.
 
Affirmant au journaliste qu'il souhaitait rentrer en France, le djihadiste est sèchement recadré par son geôlier.
Le 20 janvier, la chaîne publique France 2 a diffusé dans son journal de 20h, un reportage sur le sort d’un djihadiste français détenu en Syrie par les unités de protection du peuple kurde (YPG). Le djihadiste présumé, renommé Yacine pour l'occasion, a accepté de répondre aux question d’un journaliste.
Interrogé sur les raisons de son voyage en Syrie, l’homme originaire de la ville de Lunel, a répondu qu’il était venu chercher son petit frère parti rejoindre les rangs de l’Etat islamique.





Une affirmation contrariée par l’existence de nombreuses photos qui montrent les deux frères armés lourdement et semble-t-il heureux de poser devant l’objectif.
 «La plupart des gens sont venus avec une croyance, avec un idéal, moi je suis venu sans idéal […], je ne connaissais aucune sourate, je ne connaissais rien du tout», affirme-t-il, cigarette à la main.
A la question du journaliste qui lui demande s’il souhaite être rapatrié en France, Yacine répond après avoir esquissé un bref sourire : «Je veux rentrer chez moi.»

14 chauffeurs, 60 cuisiniers et hôteliers : les chiffres sur le cabinet d’Édouard Philippe

 
604 personnes travaillent pour le seul service du premier ministre, ce qui représente une dépense annuelle de 7,47 millions d'euros pour les seules primes de cabinet (désormais appelées, "indemnités de sujétion particulières") !
 
Le Premier Ministre Édouard Philippe a 164 personnes dans son secrétariat, 60 personnes qui travaillent pour la cuisine et l’hôtellerie, 38 personnes pour sa sécurité, et 14 chauffeurs.
Son seul cabinet compte 67 personnes pour le conseiller, dont 11 personnes affectées à son cabinet militaire.

Les primes pour le personnels du cabinet du Premier ministre coûtent un million d’euro de plus qu’en 2007, et 159 000 euros de plus qu’en 2016 !

Ci-dessous, trois extraits du rapport concernant le cabinet d’Édouard Philippe :
 
 


Nantes: L'incendie a détruit 90 camping-cars et fait 3 millions d'euros de dégâts

 
 
Le feu a détruit des dizaines de véhicules
  Le feu a détruit des dizaines de véhicules — G. Triboulloy/ SDIS44
F.B.
 
Mardi soir, les flammes ont ravagé les locaux d'un concessionnaire de véhicules de loisirs, à Orvault...
 
Le bilan des dégâts est énorme.
Pas moins de 90 véhicules camping-cars ont été détruits dans l’incendie qui a ravagé les locaux du concessionnaire Loisirs 44, spécialisé dans la vente de véhicules de loisirs.
Soit un préjudice financier estimé à 3 millions d’euros (toujours en cours d’évaluation), rapporte la police.
Par chance, personne n’a été blessé.

Un branchement sauvage ?
 
Le feu s’était déclaré mardi soir, vers 19h45, au 316 route de Vannes à Orvault, causant notamment de grosses perturbations de circulation sur le périphérique.
D’après les premiers éléments de l’enquête, il aurait pris dans un compteur électrique qui aurait fait l’objet d’un branchement sauvage.
Des bonbonnes de gaz qui équipent les camping-cars ont explosé.
Un camp de personnes d’origine rom se trouvait juste à côté.
Il a d’ailleurs dû être évacué pendant cet impressionnant incendie.
Plusieurs voitures de location, stationnées sur un parking voisin, ont également été détruites.
Les opérations de nettoyage et d’enquête se poursuivent.

Pourquoi les Français plébiscitent le reniement de Macron et pourquoi ils en attendent d’autres

 
 


Le 21/01/2018


Les Français sont capables d’accepter un reniement de la part d’un responsable politique. Mais à certaines conditions, que ne remplissaient pas la cascade de reniements des présidents précédents.
 
MM. Macron et Philippe ont donc donc tranché : l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, contesté, ne verra pas le jour.
Et les Français, d’après un sondage Odoxa pour Le Figaro et France Info, réalisé mercredi et jeudi matin, approuvent très largement cette décision : 76 %. Aussi bien à gauche qu’à droite.
Les raisons de cette adhésion sont nombreuses : habileté politique du couple exécutif désireux de conserver l’atout Vert Nicolas Hulot au gouvernement, communication parfaitement maîtrisée depuis des semaines préparant l’opinion à cet abandon, avec cette visite de M. Philippe samedi dernier dans le village, soulagement et satisfaction de l’opinion face à un gouvernement qui prend enfin ses responsabilités, tranche, mais de façon pragmatique.
Il n’y a que sur un point que les Français auraient pu marchander leur adhésion : les promesses de campagne. M. Macron avait dit l’inverse, assuré que l’aéroport se ferait, que le référendum local et les décisions de justice seraient respectés.
Or, même sur ce plan, le même sondage révèle que 57 % des Français ne pensent pas que le Président a tort et qu’il se renie, malgré l’évidence !
C’est très intéressant.
M. Macron serait-il un prestidigitateur tel que les Français seraient amnésiques sur ce qu’il a promis avant ?

Kanyon...




 

Kanyon est conçu pour ravager les régions littorales de l’ennemi et les rendre invivables pour des générations.

Un document clé des États-Unis sur les armes nucléaires, confirme que le gouvernement russe met au point la plus puissante arme nucléaire depuis plus d’un demi-siècle.
La copie divulguée du rapport Nuclear Posture Review du Pentagone, révèle que la Russie est en train de peaufiner une nouvelle torpille sous-marine nucléaire, intercontinentale et autonome.

L’existence de cette arme, connue sous le nom de Kanyon au Pentagone et « Système océanique polyvalent Status-6 » en Russie, a d’abord été divulguée en novembre 2015 par la télévision russe.
Le test impliquant un sous-marin de classe Sarov servant de vaisseau-mère, a été divulgué en décembre 2016.
Daté de janvier 2018, le rapport Nuclear Posture Review énumère cette arme parmi celles faisant partie de l’arsenal nucléaire sous-marin russe.
Voici une capture d’écran montrant Kanyon encerclé de rouge :





Kanyon serait une torpille sous-marine autonome à très grand rayon d’action.
D’après les spécifications indiquées par les documents russes ébruités, l’engin aurait une portée de 9980 kilomètres, voyagerait à la profondeur maximale d’un kilomètre, à la vitesse de 185 kilomètres/heure.
 


Mais ce qui fait vraiment de Kanyon une source de cauchemar est la charge explosive du drone-torpille, un engin thermonucléaire de 100 mégatonnes.
À titre de comparaison, la bombe atomique larguée sur Hiroshima avait un rendement de 16 kilotonnes, soit l’équivalent de 16 mille tonnes de TNT.
L’arme nucléaire de Kanyon serait équivalente à 100 millions de tonnes de TNT.

samedi 20 janvier 2018

Zone à déblayer





Depuis plus d'un demi-siècle on avait tout lu, tout entendu, tout écrit sur le projet de transfert de l'aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes
.

À l'époque, bien lointaine, de sa conception, on y attendait le Concorde.
Or, on a fait, en juin 2015, environ 52 ans après le début de l'affaire, se prononcer les habitants de la Loire-Atlantique : à tort ou à raison, ils ont voté à 55 % pour ce projet.
On se sera moqué de leur avis, on s'est essuyé les pieds sur ce paillasson.
On : c'est-à-dire l'État central, le gouvernement d'Édouard Philippe et d'Emmanuel Macron.
La démocratie réelle peut donc encore nous surprendre.
Reconnaissons au bénéfice du gouvernement actuel qu'il avait hérité de ce dossier et qu'il n'avait pas jusqu'ici permis de mesurer son incapacité éventuelle à trancher enfin.
Nous savons désormais combien il excelle dans les formules chèvre chou.
On les appelait dans les congrès radicaux-socialistes d'autrefois les motions nègre blanc, mais la formule est devenue aujourd'hui inconvenante.

Chèvre le 16 janvier le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb annonçait l'expulsion des occupants les plus radicaux, c'est-à-dire de quelques douzaines de militants d'extrême gauche.
Une telle annonce suppose, rappelons-le l'intervention de milliers de représentants des forces de l'ordre.
Mais chou le 17 janvier après avoir fait durer l'incertitude, le Premier ministre annonçait l'abandon du projet, tout en fixant une date, habilement assez vague, le printemps pour le départ des zadistes.

ZAD de Notre Dame des Landes, bienvenue chez les pouilleux

 
 
 








"Jeunes" préoccupés uniquement par l'avenir écologique de la planète







200 racailles sèment la terreur dans un lycée à Toulouse : agressés et humiliés, les enseignants tirent la sonnette d’alarme



 
Agressés, humiliés par certains élèves , les enseignants du lycée professionnel Gallieni à Toulouse ont décidé de cesser les cours ce jeudi.

Cet établissement d'un millier d'élèves, spécialisé dans les métiers de l'industrie, connait une situation très tendue depuis des mois. 

200 élèves y sèment la terreur, souvent de petits caïds, au casier judiciaire déjà bien fourni.
Agressions, verbales et physiques, injures, intimidations, c est le lot quotidien des 130 enseignants.
Beaucoup craquent et, aujourd'hui, ils tirent la sonnette d'alarme.
Le lycée Gallieni à Toulouse est tout neuf, entièrement refait après l'explosion d'AZF.
Mais depuis deux mois, la situation est explosive.
200 élèves, environ, sur un millier, font régner la terreur.
Professeur de lettre et d'histoire : "Éviter les projectiles, de tourner le dos aux élèves. Au quotidien, ils marquent le terrain pour montrer que l'autorité, c'est eux, ce n'est pas vous."
Aux violences s'ajoutent des problèmes de mixité et de délinquance.

Lévothyrox, Lyme, Linky, Vaccins : les patients contre-attaquent !



Alternative Santé. L'expérience de la médecine naturelle.
 



 
ÉDITO

Bonjour à tous,

Quand les autorités font preuve d’inertie ou réforment au bulldozer, ignorent la parole des patients et leurs droits, ou refusent de s’attaquer à la question des conflits d’intérêts dans la santé, le seul recours qui reste parfois est l’appel à la justice et aux tribunaux.

C’est dommage de devoir en arriver là, mais il semble que ce soit la seule manière de se faire entendre ces temps-ci au pays du « dialogue social ». Avec l’aide d’avocats, des patients et des citoyens courageux (dont un certain nombre de nos lecteurs) tentent en ce moment même de faire entendre leurs voix et leurs droits. Petit panorama des initiatives de ce début d’année.


Levothyrox

Depuis le scandale Levothyrox de l'été dernier et face à l’incurie des pouvoirs publics dans la gestion des effets indésirables de la « nouvelle formule », plusieurs plaintes ont été déposées. Après les 1 200 personnes autour de l’Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT) portant plainte pour « non-assistance à personne en danger » et « mise en danger de la vie d’autrui » en septembre dernier, 23 patients ont attaqué récemment en référé les laboratoires Merck à Toulouse pour « préjudice d’anxiété », du fait d’un défaut d’approvisionnement du Levothyrox ancienne formule (Euthyrox). Car malgré les effets d'annonce du ministère en octobre dernier, l'ancienne formule ne représentait en décembre dernier que 0,5% des produits à base de lévothyroxine en pharmacie.

Lorsqu'on connaît les effets indésirables expérimentés par certains, on comprend qu'ils soient prêts à faire des centaines de kilomètres pour aller acheter l'ancienne formule à l'étranger. Déboutés par la justice le 10 janvier dernier, car ils n’avaient pas pu prouver la difficulté de se procurer le médicament, les plaignants se tourneront vers un autre tribunal après avoir fait la tournée des pharmacies locales en présence d’huissiers...

Enfin, à l’initiative de l’association Alerte Thyroïde, des manifestations sont bientôt prévues à Lyon, Montpellier et Saint-Denis devant les sites de l’Agence du médicament (ANSM) pour obliger l’État à rendre l’ancienne formule disponible à tous.

Plus de renseignements :
Association Française des malades de la Thyroïde

Maladie de Lyme


D’ici la fin du mois janvier, ce sont plus de 300 personnes atteintes de la maladie de Lyme qui porteront plainte au pénal contre le Centre national de référence des Borrelia (CNR) et l’ANSM
, notamment pour « mise en danger de la vie d’autrui », « abus de biens sociaux » et « violation du principe d’indépendance des experts et du principe d’absence de conflits d’intérêts ».

Économie : l’administration Trump sur la voie du succès ?





Il avait fallu deux mandats d’Obama pour que l’indice boursier Dow Jones monte de 10.000 points. Après treize mois de régime Trump, l’indice a gagné 8.000 points et près de 30 %.

La croissance des autres indices boursiers est similaire.
La capitalisation boursière a ainsi gagné en un an plus de 6.900 milliards de dollars (soit la moitié des plus-values enregistrées pendant les huit années Obama) pour atteindre 30.600 milliards, ce qui gonfle les fonds de retraite des salariés.
Suite à une série de décrets présidentiels abolissant de nombreuses réglementations ou freins aux entreprises, plus de 2,2 millions d’emplois ont été créés en un an.
Et dans son discours de Pennsylvanie du 18 janvier, le président a rappelé que le taux de chômage est au plus bas depuis 18 ans, et que celui des demandeurs d’allocations chômage est lui-même au plus bas depuis 45 ans, sans omettre de mentionner la baisse record du chômage afro-américain et latino, comme celui des femmes (au plus bas depuis 17 ans).
Pas mal…
Certes, ces statistiques masquent le fait que tous les emplois ne sont pas nécessairement de vrais emplois stables et à plein temps, et que seuls 63 % de ceux en âge de travailler travaillent, ce qui signifie qu’une masse importante d’Américains ont, une bonne fois pour toutes, renoncé à chercher du travail et continuent de vivre de l’aide sociale (les « food stamps »).
Mais c’est une amélioration tout de même…

Les métros parisiens ne marquent plus l’arrêt : trop de drogués sur les quais !

 
 


Le 20/01/2018
Marie Delarue

 Le « nettoyage » de surface n’a fait que déplacer le problème, transformant les stations de métro en cour des miracles.

À Paris, il y a la clientèle de madame Hidalgo.

Celle qui pense voiture électrique et pistes cyclables, qui pique-nique aux beaux jours sur une nappe à carreaux en bord de Seine, flâne aux terrasses des bistrots devant un burger bio et frites de patates douces, celle qui porte ses fringues Claudie Pierlot à la ressourcerie où l’on sirote son thé vert devant un prolo de pacotille et son accordéon musette.

Et puis il y a les autres.
Ceux qui, bien obligés, se tapent les transports en commun et constatent que leur Paris à eux est devenu invivable.
Ils ne vivent pas dans le même monde, n’habitent pas les mêmes quartiers, n’ont pas les mêmes horaires et, surtout, ont à subir tout ce que les premiers chassent de leur environnement avec la bénédiction complice des autorités.
Clochards, drogués, prostituées, vendeurs d’objets volés, de cigarettes ou de faux papiers et immigrés clandestins grouillent au milieu de la crasse et des rats.
On les pousse d’un arrondissement à l’autre, mais depuis des décennies que le phénomène gangrène le nord de la capitale, il n’a cessé de croître.
En 2012, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, inaugurait en grande pompe dans le quartier Barbès-Château Rouge (XVIIIe) la première « zone de sécurité prioritaire (ZSP) parisienne ».
En janvier dernier, cinq ans après, donc, la commissaire de police de cet arrondissement déclarait au Parisien : « Depuis huit mois, la délinquance est de plus en plus volatile. Elle a également investi la place de la Chapelle (hors ZSP). Les revendeurs, notamment, sont changés régulièrement par les réseaux, et nous avons perdu les contacts qui nous étaient précieux. Les mineurs, aussi, souvent algériens et tunisiens, ont fait leur apparition en masse. »
Des gosses qui vivent dans la rue, sniffent de la colle et détroussent les passants.

vendredi 19 janvier 2018

STOP

 

Colonel Jacques Hogard : « La paix, la sécurité de nos enfants et petits-enfants me semblent objectivement en danger » (Interview)


 
jacques_hogard


19/01/2018 – 06h20 Paris (Breizh-info.com)

Lorsqu’un colonel à la carrière aussi riche, complète et brillante que le colonel Jacques Hogard vous confie être inquiet pour la paix et la sécurité de ses enfants et petits-enfants, en France, difficile d’y voir là un « fantasme » ou de l’exagération de la situation.

Le colonel Jacques Hogard s’est engagé en 1974 au titre de la Corniche du Collège Militaire de Saint Cyr-l’Ecole.
Sous-lieutenant, il sera affecté au Centre d’entrainement montagne de la 11ème division parachutiste (76/78) avant de faire l’EMIA (Promotion Général Laurier, 1978/79) et l’École d’application de l’infanterie (79/80).
Sa carrière se poursuivra en tant que lieutenant chef de section au 39ème RI, puis à la Légion étrangère – lieutenant au 4ème RE, capitaine au 2ème REP – entre 1980 et 1989, période durant laquelle il séjourna ou participa aux opérations  au Tchad, République Centrafricaine, Djibouti…
Il sera nommé chef de bataillon à l’EMAT – état-major de l’armée de terre, bureau Emploi, TAP-O – de 1989 à 1992,  ensuite chef de bataillon puis lieutenant-colonel au bureau Opérations de l’état-major des Forces françaises à Djibouti de 1992 à 1994.
C’est ainsi qu’il sera officier opérations ISKOUTIR à Djibouti, puis chef du bureau opérations de la mission  ORYX en Somalie fin 92/début 93, officier opérations de l’action DIAPASON au Yémen 93.
Il sera promu lieutenant-colonel commandant du Groupement de Légion de l’opération TURQUOISE au Rwanda (1994), puis chef du bureau Communication-Recrutement à l’état-major du commandement de la Légion étrangère (1994/96), chef de la section Entrainement des Forces terrestres, officier TAP et Forces Spéciales à l’EMAT (1996/98), Commandement des Opérations Spéciales (COS), et notamment commandant du Groupement Interarmées des Forces Spéciales en Macédoine et au Kosovo (1999).
En 2000, il démissionne de l’armée – un symbole fort étant donné sa carrière impressionnante.
Il la quitte avec le grade de colonel, après 26 années passées au service de la France.
 
Fin connaisseur des Balkans, nous l’avons interrogé sur les conséquences possibles de l’assassinat d’Olivier Ivanovic, leader des Serbes du Kosovo, mais aussi sur la situation en France, dont il s’était déjà alarmé à plusieurs reprises, notamment  récemment sur TV Libertés.
Un entretien majeur, avec un officier ayant servi dans les troupes d’élite françaises.
 
Breizh-info.com : Quelles sont les conséquences possibles après l’assassinat de M. Ivanovic ?
 
Colonel Jacques Hogard : L’assassinat de Oliver Ivanovic, leader très respecté et emblématique des Serbes du Kosovo, pourrait avoir de sérieuses conséquences pour la stabilité de la province serbe sous administration sécessionniste albanaise et, au-delà, dans toute la région.
Les Balkans sont une zone instable où un crime de cette nature, porteur en germe de très nombreuses tensions, est à même de raviver les haines et les affrontements les plus durs.
 
 Breizh-info.com : Vous connaissez très bien – pour y avoir servi – cette région. Que s’y passe-t-il aujourd’hui ?
Les Serbes ont-ils définitivement été abandonnés par la communauté internationale ?
Quid de la Russie ?

Charivari en perspective (Jacques Myard)

 
 


19 janvier 2018 by Marc Le Stahler

BILLET D’AMBIANCE
de Jacques MYARD
Membre Honoraire du Parlement
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République


Les bien–pensants, les médias célèbrent avec gourmandise l’’activité tous azimuts de Macron-Jupiter, soulignant sa volonté de faire ce qu’’il a dit, de faire bouger les choses et de surmonter les blocages de la France.

En fait, Macron ne fait pas bouger les choses, il les agite.
On est très loin des solutions pérennes, et l’’opinion publique risque fort de vouer aux gémonies le roi de la « com » quand elle se sera rendu compte d’’une réalité bien éloignée des promesses.
Le président de la République a adopté une politique risquée, consistant à vouloir résoudre « en même temps »

L’’apprentissage

L’’indemnisation du chômage élargie aux professions libérales, sans avoir de financements

La suppression de la taxe d’’habitation (TH), sans avoir le début du financement pour compenser les ressources des collectivités privées de cette taxe ; une ministre annonce la création d’un nouvel impôt mais dès le lendemain, Bruno Le Maire dit le contraire…

La suppression des APL dont le coût est supporté par les bailleurs sociaux qui se retrouvent en équilibre précaire, ce qui va engendrer une baisse de production des logements sociaux. Belle politique de Gribouille !

La réforme territoriale en région parisienne qui provoque critiques sur critiques, quelle que soit la solution envisagée

La réforme de la carte judiciaire, sujet très sensible pour les avocats de province qui tirent souvent le diable par la queue

Le défi des migrants illégaux qu’’il promet d’expulser alors qu’’il est quasi impossible de le faire en raison de la complexité des lois française et européenne

Arrêté pour 36 vols, l'auteur est relâché



Des relevés d'empreintes et d'ADN ont permis d'attribuer 36 cambriolages supplémentaires à un délinquant connu des services de police./ Photo DDM illustration.
 
Des relevés d'empreintes et d'ADN ont permis d'attribuer 36 cambriolages supplémentaires à un délinquant connu des services de police./ Photo DDM illustration.
Publié le 19/01/2018

Grâce à des analyses d'ADN, les enquêteurs du commissariat de police ont pu attribuer 36 cambriolages à un Columérin de 23 ans bien connu de leurs services.

«Après sept cambriolages réalisés au mois d'octobre dernier, nous avons interpellé un individu qui a été condamné et emprisonné jusqu'au début du mois de janvier», explique le commandant Rieutor, chef de la division Ouest de la police nationale à Colomiers.
«Des prélèvements réalisés lors de faits antérieurs ont permis de le mettre en cause formellement dans une autre série de 36 cambriolages, commis entre mai et septembre 2017».
Lors de vols par effraction commis chez des particuliers, de jour comme de nuit et parfois même pendant leur sommeil, le malfaiteur a dérobé des bijoux, de l'argent et du matériel vidéo dont aucune trace n'a été retrouvée.
Alors qu'il était sorti de prison depuis quelques jours, les policiers l'ont interpellé une deuxième fois, lundi, pour qu'il réponde de ses actes.

Présenté, mercredi soir, au tribunal en comparution immédiate, il a été condamné à deux ans de prison avec sursis et laissé en liberté.

En prononçant sa peine, le juge a mentionné une altération de discernement du prévenu.

source

TVL, journal du vendredi 19 janv. 2018: Macron et May s’accordent sur l’immigration

 
 



Ajoutée le 19 janv. 2018
 
01:03 - Europe / Macron et May s’accordent sur l’immigration
04:34 - Politique / Gérard Collomb : de paria à ministre d'Etat
08:48 - Société / Péages urbains : le nouveau racket
11:03 - International / Bientôt la guerre des étoiles entre les nations ?
15:14 - L’actualité en bref
21:31 - La France de Campagnol

Immigration – Des Paras italiens lancent au pape : « Ça suffit, Bergoglio ! L’ennemi est dans la maison ! »

 
 
par 19 janvier 2018
 
Italie – Francesco Crippa, président de la section provinciale de Brianna de l’Association Nationale des Parachutistes Italiens, ne supporte plus les messages du pape en faveur de la submersion migratoire et a diffusé sur les réseaux sociaux un message explicite :
« Ça suffit Bergoglio ! Nous avons un ennemi dans la maison et beaucoup trop de gens continuent à faire semblant de rien. Les paroles de celui qui l’a précédé devraient réveiller nos consciences de chrétiens et l’isoler ».
 
 

Bien sûr, Francesco Crippa n’est pas mandaté pour parler au nom de tous les parachutistes.
Il précise d’ailleurs :