dimanche 29 octobre 2017

#MontreTaCroix à Ploërmel

 

Jean-Paul II statue à Ploërmel-Morbihan

    Montretacroix
 
"Montretacroix" est un hashtag, en français un mot-dièse.
 
Sur le réseau Twitter on peut créer ou relayer de cette façon un mot-clé qui servira ensuite dans les recherches, ou simplement sera comme un cri de ralliement à une cause, un point de repère ou de thème de campagne pour tous ceux qui écriront sur tel ou tel sujet.
Cette semaine le mot-dièse "Montretacroix" a fait son apparition et il remporte un gros succès.
Ceux qui l'emploient expriment leur désapprobation (le mot est faible) face à la décision du Conseil d'Etat d'ordonner la suppression de la croix surmontant une statue du pape Jean-Paul II située à Ploërmel, dans le Morbihan, pour atteinte à la sacro-sainte laïcité, bien sûr.
Le Conseil d'Etat a été "saisi", il n'a pas eu tout seul l'idée saugrenue de s'intéresser à une croix à Ploërmel.
Il a bien fallu que des gens l'y poussent, ces gens sont une fois de plus les ayatollahs de la laïcité obtuse qui siègent à la fédération de la Libre-pensée, qui se sont fixé pour combat de déchristianiser la France par l'interdiction des crèches et la destruction des croix (mais jamais ne se préoccupent de mettre un terme aux prières de rue des musulmans : montre ta croix, pas d'accord ; montre ton cul, d'accord !).


 
 
Le responsable de cette fédération de la libre-pensée du Morbihan se nomme André Le Béhérec (PHOTO), il faut le dire : cet individu mérite d'être connu.
 
La presse, majoritairement gaucho, vous dit que la campagne est menée par les gens de droite et d'extrême-droite, puisque selon elle être chrétien et de gauche est une combinaison impossible, contre nature.
 
 
Parmi les réactions sur Twitter :
 
Nicola Mirkovic

C'est vrai qu'entre le vagin de la reine exposé dans le parc du château de Versailles, le plug anal érigé place Vendôme, la sodomie d'un animal par un humain à Beaubourg et la croix surplombant Jean-Paul II à Ploërmel, il n'y a pas de quoi hésiter... du moins pour les citoyens normaux que nous sommes.

Ils ont besoin de votre aide


Taxe sur les dividendes : un scandale d’Etat à 10 milliards d’euros

 
 
Résultats de recherche d'images pour « taxes »

par Sonya V...
samedi 28 octobre 2017

Dans la série Scandale d'Etat & République bananière, voici la Taxe dividendes : anticonstitutionnelle...

Oups ! Donc 10 milliards d'euros à rembourser aux entreprises taxées depuis 2012.
Et on va les trouver où ces 10 milliards ?
Facile et pas du tout ubuesque : 5 milliards de surtaxe sur les bénéfices des entreprises et 5 milliards payés par l'Etat (quel que soit le mode de taxation ou de remboursement, ce sont les contribuables et les consommateurs qui payent au final...)



La taxe sur les dividendes n'en finit pas de faire des vagues. Aujourd'hui c'est une facture à 10 milliards que Bercy doit rembourser aux entreprises concernées. Qui va payer ? Comment en est-on arrivé là ? Guillaume Guichard fait le point. (Le Figaro)

Des explications complémentaires données par La Croix et Europe 1 :

(Extrait de Bercy comble le trou laissé par la taxe dividendes)
« Le gouvernement envisage faire supporter aux entreprises environ la moitié de l’addition, soit 5 milliards d’euros. Il devrait en passer par une surtaxe exceptionnelle sur les bénéfices applicables aux entreprises affichant un chiffre d’affaires supérieur à un milliard d’euros. Voté avant fin 2017, ce nouveau prélèvement pourrait s’imputer sur les bénéfices de l’année en cours. et remplir immédiatement les caisses de Bercy.
« Le périmètre de la mesure est encore en cours de calage, mais cela concernerait environ 300 entreprises, avec le but d’être le plus proche possible de celles qui étaient impactées par la taxe sur les dividendes, » a expliqué Amélie de Montchalin, chef de file des députés LREM de la commission des finances. »

(Extrait de L'UE demande à la France des précisions sur ses efforts budgétaires en 2017 et 2018)
« Dans une lettre adressée à Paris, la Commission européenne écrit "souhaiter demander des précisions sur le respect des efforts budgétaires prévus par la France en 2018". Concernant les budgets 2017 et 2018, "l'analyse préliminaire de la Commission indique que la correction du déficit excessif et sa pérennité sont toujours sujets à risque", ajoute-t-elle.
"La correction du déficit excessif" sujette à risque. "Les informations supplémentaires (...) nous seront utiles pour évaluer si le déficit excessif sera corrigé d'une manière durable, en particulier au vu de l'impact de l'invalidation de la taxe à 3% sur les dividendes par le Conseil constitutionnel", écrivent le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis et le Commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici. »

Oui, vous avez bien lu : c'est - le sûrement fort sympathique - Valdis Dombrovskis qui dicte à la France comment elle doit gérer son budget.... La France, une mineure sous tutelle qui doit montrer patte blanche à un homme politique letton quand elle veut utiliser son argent de poche... Pathétique !

L’Histoire bégaie en Catalogne

 
 




C’est tellement beau et romantique, une jeunesse qui fiche le bazar dans l’auberge espagnole – pardon, catalane.
 
« L’Histoire ne se répète pas, elle bégaie. »
On connaît cette phrase prêtée à Karl Marx.
Et pour la Catalogne, il semble bien que cela soit le cas puisque c’est la cinquième fois, en moins de quatre siècles, que la république y est proclamée !
Bien étrange proclamation, du reste, que celle de ce vendredi 27 octobre 2017.

« Nous constituons la République catalane comme un État indépendant et souverain, de droit, démocratique et social. »

De quel droit ?
Sur celui tiré d’un référendum contestable à tous égards.
Démocratique ?
Sur 135 députés, 70 ont voté pour l’indépendance, 10 ont voté non, deux se sont abstenus, les autres ayant préféré quitter les lieux pour ne pas se prêter à ce qu’ils ont sans doute considéré comme une mascarade.
C’est quand même court et un peu gonflé pour décider de se séparer du royaume d’Espagne après des siècles de vie commune !
Car, on semble l’oublier, ce n’est pas d’hier que date l’union de la Catalogne avec Madrid.
Le pacte dynastique entre le roi Ferdinand d’Aragon, comte de Barcelone, et la reine Isabelle de Castille fut conclu en 1472.
Notre Bretagne, elle, ne fut définitivement rattachée à la France qu’en… 1532.
Et c’est donc dans un Hémicycle à moitié vide qu’a été proclamée cette République catalane.
Les médias préfèrent s’attarder longuement sur les rassemblements de foule dans des plans serrés bien commodes.
C’est tellement beau et romantique, une jeunesse qui fiche le bazar dans l’auberge espagnole – pardon, catalane.
L’Histoire bégaie, donc.

Les banques gagnent de l’argent sur le dos des « pauvres »

 
 


Le 29/10/2017



En France, en 2017, les établissements bancaires jouent ce rôle de vampire et ponctionnent une part importante (10 à 20 %) des revenus des « pauvres ».

Une banque n’a aucun intérêt à n’avoir que des clients à hauts revenus et qui n’utilisent jamais leur découvert, car ils sont difficiles à séduire et à garder.
Elle doit leur concéder des taux d’emprunt bas, leur présenter des placements qui rapportent vraiment (ils existent, mais ne sont pas rentables pour la banque).
Au final, un établissement qui ne compterait que ce type d’usagers risquerait de faire faillite.
Par contre, un « pauvre » à faibles revenus, qui n’arrive pas à joindre les deux bouts, qui utilise et dépasse régulièrement son découvert autorisé est une vraie mine d’or.
Et, en toute logique capitaliste, les banques devraient se disputer cette clientèle et tout faire pour l’attirer, car elle les rentabilise.

En dehors des agios pour découverts autorisés (que 61 % des foyers utilisent chaque mois), les frais pour dépassement du plafond rapportent 6,5 milliards d’euros aux banques.
En effet, 25 % des Français dépassent cette limite une fois par mois, dont 28 % parmi ceux qui gagnent moins de 1.500 € et 16 % de ceux dont les revenus sont compris entre 1.500 € et 3.000 €. Au-dessus de 3.000 €, 52 % rencontrent ce problème, mais une seule fois fois par an
Les coups du sort, les factures imprévues, l’incapacité à gérer le budget et à prévoir les grosses dépenses annuelles comme les impôts expliquent ces dépassements excessifs, mais surtout le phénomène s’auto-entretient.
Lorsque vous avez fini de régler votre dette et les frais afférents, vous démarrez avec un reliquat bien trop faible pour finir le mois et vous serez obligé de contracter un nouveau découvert.

samedi 28 octobre 2017

NO PASARAN!!

 
L’image contient peut-être : 3 personnes, foule et plein air

Olivier Milza de Cadenet

C'est à croire qu'ils m'avaient entendu! Il y a quelques jours, sur radio Notre-dame, j'avais fait le pari que les ultra-"indépendantistes" catalans iraient jusqu'au bout.

Hoc fecit!
Et dans la bonne vieille ( très vieille) posture "révolutionnaire", c'est bien sûr le poing levé que les "héros" de la "démocratie populaire" ont à nouveau défilé dans la rue aujourd'hui.
Le but?
Je l'avais expliqué au micro de Louis Daufresne: provoquer une nouvelle fois l’État espagnol pour le "fasciser" ( comme les "Palestiniens de Gaza s'efforcent de "nazifier" Israël en la forçant à répliquer à ses attaques régulières),et l'amener à une répression - rendue désormais nécessaire par cette provocation - que l'on souhaite bien sûr brutale, sanglante.
Ah! Si on pouvait avoir des morts et les enterrer, à nouveau poings levés, la mine grave, selon le pathos habituel des communistes et comme dans les meilleurs pages de l"Espoir" de Malraux!!
La vérité?

La vérité c'est, comme l'a rappelé le Premier Ministre espagnol, qu'une minorité de jusqu’au-boutistes ont fait main-basse sur la question catalane, dans un véritable hold-up institutionnel.
Mais, plus largement,cette question "catalane" n'est qu'un leurre.
Une fois encore, une poignée d'activistes d'extrême-gauche, dans la mouvance de "Podemos", se sert de la question indépendantiste pour mener, dans le plus pur style léniniste, un putsch politique contre la droite espagnole, éternellement assimilée au franquisme, tant ces gens, fanatiques idéologiquement comme leurs prédécesseurs, depuis plus d'un siècle, sont incapables de voir l'Histoire muter.
Les soi-disant "autonomistes" me font penser aux islamistes du Hamas - dont ils sont d'ailleurs très proches dans une même détestation du "sionisme" - qui, se moquant éperdument de la question palestinienne, l'ont bel et bien phagocytée au service d'un djihadisme au service du Hezbollah et, à travers lui, de l'Iran.


L'appel au boycott des produits catalans court sur les réseaux sociaux

 
 
« Produits catalans ? Non merci. »  L'appel court réseaux sociaux formes 

« Produits catalans ? Non merci. » L'appel court sur les réseaux sociaux sous toutes ses formes - Matthias Oesterle/Zuma/REA
Le 27/10/2017
 
La campagne cible les grandes marques, mais ce sont les petites entreprises qui risquent d'en souffrir le plus.
 
« Produits catalans ? Non merci. »
L'appel court sur les réseaux sociaux sous toutes ses formes.
« Si c'est catalan, laisse-le dans le rayon, empêche les indépendantistes de se financer avec ton argent. »
« Un sou est un sou, il faut frapper au portefeuille. »
Les listes noires de produits fabriqués en Catalogne circulent sur Internet et les marques catalanes les plus connues sont dans le collimateur.
Difficile de connaître l'impact chiffré de la campagne.
Les grandes entreprises du cava, le vin mousseux catalan qui coule à flots en Espagne pendant les fêtes de Noël, sont aux aguets alors que s'ouvre la période de commandes.
Pas question de donner des chiffres qui pourraient enflammer un peu plus les uns ou les autres.
 
Nouvelles barrières mentales

Les entreprises sont en première ligne dans la guerre de positions entre Madrid et Barcelone.
Elles voient se fracturer la société et se dresser de nouvelles barrières mentales.
La région qui représente 19 % du PIB du pays a beaucoup à perdre, alors que les entreprises locales effectuent 35 à 40 % de leurs ventes vers le reste de l'Espagne.
À lire aussi

« Personne ne donne vraiment de raison, mais on voit des commandes annulées, des rendez-vous remis. Pour nous, il est clair que le fait d'être domiciliés à Barcelone est un handicap pour démarcher à Séville ou à Valladolid en ce moment », raconte la dirigeante d'une petite entreprise spécialisée dans le matériel d'exposition.
Elle calcule que son activité a plongé de 30 % depuis septembre et plus encore depuis la tenue du polémique référendum d'autodétermination, le 1er octobre.

Merluche, candidat du peuple


 

 
Ajoutée le 22 avr. 2017

Mélenchon vous aime, il faut vous le dire comment bande de crétins!...

Et dire que des millions de gens lui seraient favorables.
La "classe" politique est tombée bien bas.
Agressif, incontrôlable, ne supportant pas la contradiction, invectivant et insultant à tout-va.
Même Sarko dans ses heures les plus sombres n'arrivait pas à ce niveau.........................

Merci à JPL

Jupiter a su s'entourer des meilleurs



Agressions à Rennes. « La police, on voudrait qu'elle soit partout »

 
En quelques jours, un meurtre et trois agressions graves ont eu lieu à Rennes.


En quelques jours, un meurtre et trois agressions graves ont eu lieu à Rennes. | Ouest-France Publié le 27/10/2017
 
En quelques jours, un meurtre et trois agressions graves ont eu lieu à Rennes.
 
Trois questions à Patrick Chaudet, directeur départemental de la sécurité publique.
 
Un meurtre et trois agressions graves en quelques jours.
La situation dérape-t-elle à Rennes ? 

Le nombre de faits n'augmente pas.
Mais leur aspect violent, oui.
On ressent une violence de plus en plus forte, surtout le week-end.
On essaie de réagir le plus efficacement et professionnellement possible.
Mais Rennes n'est pas la ville la plus criminogène de France.
D'une manière générale, la délinquance est en baisse de 4,35 % depuis le début de l'année.
La délinquance de proximité, celle qui dérange le plus la population (les vols avec violence, les cambriolages, les vols de voiture...), est, elle, en baisse de 5,5 %.
Les atteintes aux biens ont également diminué de 6,5 %.
En parallèle, le pourcentage d'élucidation des affaires a augmenté de 27,5 %.

Après, ces derniers temps, par un concours de circonstances, il y a eu plusieurs affaires de violences avec des coups de couteau.

Catalogne: le coup d’État est accompli

 


Le 28/10/2017



Que se passera-t-il lors des élections qui doivent être convoquées au plus tard dans six mois ?
 
Jeudi, c’était la journée du grand cirque, la bouffonnerie la plus extrême ayant remplacé ce qu’on appelait jadis la grande politique.
Un raccommodage entre Rajoy et Puigdemont (je l’avais déjà évoqué dans une de mes chroniques précédentes) était intervenu à la dernière minute, par lequel Rajoy lâchait absolument tout, accordait toutes les concessions possibles et imaginables, à la seule condition que l’indépendance ne soit pas formellement proclamée, l’argutie légale étant la dissolution du Parlement catalan par le président Puigdemont (ce dont celui-ci avait encore le pouvoir selon la stricte application de la loi espagnole) et la convocation de nouvelles élections autonomes.
À deux reprises, la comparution publique de Puigdemont pour l’annoncer urbi et orbi était cependant annulée.
Ce n’est qu’à la troisième annonce de comparution qu’il a enfin daigné parler pour annoncer… qu’il n’en était rien !
Il ne dissolvait pas le Parlement, il ne convoquait pas de nouvelles élections et il s’en remettait à la décision, aujourd’hui, du Parlement concernant la déclaration sécessionniste d’indépendance.
Ce qui s’est évidemment produit en début d’après-midi, après que tous les députés unionistes (Partido Popular, Ciudadanos et Partido Socialista), presque la moitié du Parlement, ont quitté l’enceinte. Presque en même temps, le Sénat espagnol, réuni à Madrid, votait à une écrasante majorité (seuls les sénateurs sécessionnistes et ceux de Podemos ont voté contre) l’application de l’article 155 de la Constitution, qui donne au gouvernement une véritable carte blanche pour contrer la sécession.

Danielle Simonnet : la « Che Guevara » d’appartement

 
 


Jany Leroy

Debout, les radins de la Terre, la lutte ne fait que commencer…

Le député Insoumis sait se loger « à pas cher ».
Le tandem Alexis Corbière/Raquel Garrido, poussé vers la sortie de son HLM douillet à prix cassé, s’en va déménager vers la grisaille du 9.3…
Adieu, Paris, journalistes ingrats, bistro sympa au coin de la rue, et bonjour, ami racaille, toi que je vénère et protège, mais pourquoi t’as mis le feu à ma bagnole ?
« Raquel, passe-moi l’extincteur qu’on a acheté grâce à tes cachets de chroniqueuse chez Ardisson. »
Dans la catégorie loyer low cost, voilà se profiler Danielle Simonnet, toque jaune, casaque rouge, avec son 83m² dans le XXe arrondissement à 1.300 €, soit 30 % à 40 % moins cher que le prix du marché.
Merci, la Régie immobilière de la ville de Paris, tu es bien bonne avec l’élu Insoumis assoiffé de justice, d’égalité et de mètres carrés.
Les mauvaises langues qui commençaient à se gausser de ces planqués de l’extrême gauche ont eu le sifflet coupé net par l’argument massue de Danielle Simonnet :
« Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière.
Les esprits mesquins en sont pour leurs frais, la députée n’occupe pas cet appartement pour de basses raisons matérielles.
Ah ah ah, laissez-moi rire…

vendredi 27 octobre 2017

Ici, on est chez nous !

  
 
  Résultats de recherche d'images pour « prières de rue clichy »

 marcel comtesse
Posté le 26 octobre , 2017    

Jusqu’à présent ce slogan était lancé dans les rassemblements du Front national.

Mais, aujourd’hui, il a changé de camp.
Depuis le soir de l’élection d’Emanuel Macron, il est répété dans certains quartiers de Paris et dans des banlieues.
« Ils » ont compris qu’avec ce nouveau président, leurs communautés allaient grandir et prospérer et leur religion prendre de l’expansion.
J’ai découvert dernièrement dans mon arrondissement deux établissements dont le nom ne laisse aucun doute sur l’emprise grandissante de la communauté africaine : l’un s’appelle « Black Dancing Club » et l’autre « Full Black Lounge ».
Deux établissements réservés exclusivement à la population noire.
Sur les Grands Boulevards parisiens, on peut voir une terrasse de café réservée aux fumeurs de chicha.
De plus en plus de magasins, de squares et de parcs sont « squattés » par les communautés africaine et maghrébine.
Dans ces lieux, les Français de souche n’ont plus leur place.
L’apartheid antiblanc est en marche.
Aussi, ne faut-il pas s’étonner lorsqu’un sondage nous apprend que 66 % des Français estiment qu’il y a trop d’étrangers dans notre pays.
Quand on parle hypocritement d’étrangers, tout le monde sait parfaitement de qui il s’agit.
Après le chômage, l’immigration est le principal sujet d’inquiétude des Français.
Cela n’a pas l’air de préoccuper notre nouveau président qui multiplie les déplacements à travers le monde, mais qu’on ne voit guère du côté de la porte de la Chapelle, de La Courneuve, d’Aubervilliers ou de Saint-Denis.

Les « califats localisés »

Résultats de recherche d'images pour « burqa paris »


26 octobre 2017 | Polémia

Par Ivan Blot, ancien député, haut fonctionnaire, ENA, écrivain, conférencier, essayiste .
Dans la revue du ministère des affaires étrangères russes, La Vie internationale, on trouve un article du rédacteur en chef Armen Oganessian qui s’inquiète de la création de « califats localisés » dans les villes d’Europe occidentale.

Il constate que le grand nombre d’immigrés illégaux de religion musulmane est un obstacle à leur intégration.

Se retrouvant entre eux, dans un milieu perméable aux réseaux islamistes, ces populations constituent de plus en plus des enclaves où règnent la charia et les tribunaux islamistes. Les États sont dans l’incapacité d’enrayer cette évolution.
 
Selon M. Oganessian (*) :
« L’apparition de communautés monoethniques et monoreligieuses, une sorte d’enclaves fermées, a poussé à la faveur de l’autorisation de construire des mosquées accordées aux musulmans.  C’est l’Arabie Saoudite qui a financé en large partie ; (…) les mosquées ont dressé une barrière entre les musulmans et la société ouest-européenne (…) selon l’institut de l’Orient de l’Académie des sciences de Russie. Et tout cela s’est opéré dans le cadre des droits et des libertés garantis par les constitutions démocratiques des pays occidentaux. (…) l’éducation des jeunes, les cours de Coran, l’arbitrage des conflits entre musulmans, entre travailleurs immigrés et employeurs, entre membres de la communauté et institutions, tout cela se faisait au sein des enclaves où l’autorité, incontestable et en dernier ressort, est détenue par l’imam. Les tribunaux de la charia ont commencé leurs activités dans presque l’ensemble de l’Europe occidentale en dominant les diasporas musulmanes et en se substituant aux cours de justice de l’État. Les tribunaux de la charia en Europe sont financés en majeure partie par le Qatar. Ces enclaves musulmanes incrustées en Europe sont désignées par le terme expressif de “califat localisé” ».
Ces territoires sont de fait sous la loi islamiste, notamment en ce qui concerne le statut des femmes, toute autre religion que l’islam est de facto interdite de séjour et rien ne s’oppose sérieusement à la diffusion des idées djihadistes.

TVL, journal du vendredi 27 oct. 2017. Guyane : Macron réveille les vieux démons

 



Ajoutée le 27 oct. 2017
 
01:50 - Politique / Guyane : Macron réveille les vieux démons
04:24 - Politique / En Marche contre les propriétaires
07:48 - Société / Bizutage : les week-end d’intégration en première ligne
11:38 - Europe / Venise : la Sérénissime poubelle de l’Adriatique
16:15 - L’actualité en bref
24:10 - La France de Campagnol

«Je suis de plus en plus excédé par la France Insoumise. Ce sont des escrocs !»


Le Parlement catalan déclare l'indépendance de la région

EN CONTINU : Le Parlement catalan déclare l'indépendance de la région

© Yves Herman Source: Reuters
 
Les catalanistes ont exulté à l'annonce de la déclaration d'indépendance

27 oct. 2017
 
Avec 70 votes pour, dix votes contre et deux votes blancs, le parlement catalan a déclaré l'indépendance de la région, alors que le Sénat espagnol se réunit pour voter la suspension de l'autonomie de la Catalogne.

source

Image associée
 
MESSAGE DU ROI D'ESPAGNE

 Una, Grande, Libre !

Chers Concitoyens,

Ce 26 octobre à 17h30 la présidente du parlement de la communauté autonome de Catalogne a proclamé l'indépendance d'une République de Catalogne.
Conformément à l'article 62 de la constitution j'ai pris le commandement des forces armées, qui d'après l'article 8 ont pour mission de défendre l'intégrité territoriale et l'ordre constitutionnel.
A 17h45 les premiers éléments du 4° Régiment d'Infanterie Parachutiste se sont posés sur le parc de la Citadelle de Barcelone.
A 18h00 le 1er Bataillon avait déjà bloqué toutes les issues du parlement catalan, tandis que le 2° Bataillon le couvrait face aux Mossos d'Esquadra sur la périphérie du parc.
Après avoir débarqué à partir de 18h30 le 1er Bataillon du 5° Régiment d'Infanterie sur l'esplanade, le 5° Bataillon d'Hélicoptères de Transport a transféré à Madrid les membres du parlement de Catalogne, y compris le président et le vice-président du gouvernement catalan.

Macron n'a aucun respect pour nous» : la Guyane s'embrase en pleine visite présidentielle (IMAGES)


«Macron n'a aucun respect pour nous» : la Guyane s'embrase en pleine visite présidentielle (IMAGES)
 
© Alain Jocard
Manifestations violentes devant la préfecture de Cayenne
 
27 oct. 2017, 08:16

Alors que s'achevait le premier jour de la visite d'Emmanuel Macron en Guyane, marqué par un grand rassemblement du collectif Pou Lagwiyann dékolé, de violents affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont eu lieu devant la préfecture.
                                   
Des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants (des membres du collectif Pou Lagwiyann dékolé, «Pour que la Guyane décolle», selon l'AFP) ont terni, dans la nuit du 26 au 27 octobre le premier jour de la visite d'Emmanuel Macron en Guyane, comme en témoignent de nombreuses images relayées sur internet.


Alors que le président de la République arrivait à Cayenne après s'être rendu à Maripasoula, la tension était déjà palpable devant la préfecture, que protégeait un important service d'ordre.


Pendant plusieurs heures, les forces de l'ordre ont dû tirer des gaz lacrymogènes initialement destinés à disperser un rassemblement devant la préfecture de Guyane.


Près de la place des Palmistes, des dizaines de jeunes, souvent cagoulés, ont lancé des cocktails Molotov et des projectiles, notamment aux abords du commissariat.
Des poubelles ont également été incendiés.


Le procureur Eric Vaillant a fait savoir que cinq personnes avaient été interpellées.
En outre, un gendarme mobile et un policier ont été légèrement blessés, selon un premier bilan.


Un élu local a également été blessé par un tir de flashball, selon plusieurs journalistes présents sur place.

 
Les manifestants exigent le respect de la promesse de Macron... qui assure ne pas être «le Père Noël»

Le chef de l'Etat est arrivé le 26 octobre dans l'après-midi (heure locale) en Guyane, dans un climat particulièrement tendu, à peine six mois après le très vif mouvement social qui avait paralysé la région sud-américaine.
Il est notamment accompagné par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
Dès son arrivée, le chef de l'Etat s'est rendu à Maripasoula (à la frontière avec le Suriname).
La ville, qui est également la plus vaste commune de France, est soumise à une très forte pression migratoire.
Il a cependant averti qu'il n'était pas venu en «Père Noël» – ni pour «faire des promesses».

PROPAGANDE à l’œuvre ! “La vaccination des adultes en France, un nouveau défi”

 
 
PROPAGANDE à l’œuvre ! “La vaccination des adultes en France, un nouveau défi”
 
 
par | 27 Oct 2017 |
 
Voici un article en Une du site européen, et d’ailleurs “européiste”, Euractiv.fr.
 
Son titre est sans équivoque aucune.
Il est intitulé : “La vaccination des adultes en France, un nouveau défi.”
Sauf qu’en réalité, on devrait plutôt écrire : “La vaccination des adultes en France, un nouveau énorme marché potentiel pour le laboratoire Pfizer.”
Pourquoi ?
Parce que ceci n’est pas un article.
Ceci est un communiqué de presse du laboratoire Pfizer qui prêche évidemment pour sa paroisse vaccinatoire !
 
Comment marche la propagande ?
 
C’est très simple de nos jours ma brave dame.

Faut-il bouter les Parisiens hors de Bordeaux ?

 




Depuis l’ouverture de la ligne à grande vitesse qui permet de faire le trajet Paris-Bordeaux en deux heures, ils envahiraient la capitale girondine.

Ce ne sont plus les Anglais qu’il faut bouter hors de Bordeaux : ce sont les Parisiens !
Depuis l’ouverture de la ligne à grande vitesse qui permet de faire le trajet Paris-Bordeaux en deux heures, ils envahiraient la capitale girondine.
Résultat : flambée des prix de l’immobilier, densification de la population, accroissement des bouchons…
Face à ce fléau, plusieurs collectifs se mobilisent, dont le Front de libération bordeluche face au parisianisme (FLBP), très actif sur Twitter et Facebook.
Des autocollants fleurissent en ville, représentant un TGV avec le slogan : « Parisien rentre chez toi. »
Alain Juppé s’offusque, il vient de se fendre d’un tweet : « Les attaques anti-nouveaux arrivants à Bordeaux sont une honte. J’envisage de saisir la justice. Notre ville est accueillante et le restera. »
Il faut reconnaître que, depuis qu’il est maire, la ville s’est embellie : toute la zone des quais est métamorphosée, le miroir d’eau situé face à la place de la Bourse mondialement connu, des lignes de tram et de bus permettent d’accéder facilement au centre, les rues sont plus propres…
De quoi attirer les touristes, ce dont une ville ne peut que se réjouir – à moins de vouloir imiter ces groupuscules anticapitalistes qui s’attaquent aux étrangers visitant Barcelone.
Quant aux Parisiens, s’ils viennent séjourner à Bordeaux, voire y travailler, c’est qu’ils y trouvent la vie plus agréable.
Ils ne sont pas les seuls dont la présence soit contestée.

Le choix du jour : « Balance ton porc » ou tape toi un(e) vieux(eille) riche !

 
 


Le 27/10/2017


Ben quoi ? Où est le problème ? Faut être pragmatique si l’on veut avancer dans la vie, non.
 
Convenez-en avec moi, chers lecteurs : on vit décidément une époque formidable !
Grandiose, même.
C’est chaque matin l’épate, la surprise qui vous cloue sur place, les bras bleus à force de se pincer pour y croire…
C’est pourtant vrai : nous habitons désormais en Absurdie, continent merveilleux où l’ahurissant se jette à gros bouillons dans l’océan du n’importe quoi.
Ainsi – chose qui n’aura pu vous échapper – nous assistons, depuis trois semaines maintenant, au grand loto du « balance ton porc ».
Tremblez, célébrités, hommes connus ou méconnus, petits chefs de bureau, collègues à l’affection tactile, partisans du free hug ou vous tous qui aimez contempler les silhouettes féminines comme autant de cadeaux offerts au regard !
Sachez-le, la nature vous a faits salopards et vous allez devoir payer pour toutes vos turpitudes.
Allez, hop ! Au tribunal !
Et tant pis pour la justice engorgée.
Et donc, dans cette atmosphère de dénonciation tous azimuts et de chasse au mâle libidineux, qu’a-t-on vu s’installer aux portes des universités parisiennes ?
De grands panneaux publicitaires du site RichMeetBeautiful.fr sur lesquels on peut lire ce slogan : « Hey les étudiant(e)s, romantique, passion et pas de prêt étudiant, sortez avec un sugar daddy ou une sugar mama. »
Traduction : « Hé, les jeunes, vous n’avez pas de fric et vous êtes plutôt mignon(ne) ?
Alors tapez-vous un vieux ou une vieille pleins de pognon. »

jeudi 26 octobre 2017

Al Andalus, l'invention d'un mythe, de Serafin Fanjul: contes, légendes, clichés et réalité d'une civilisation

 
Al Andalus, l'invention d'un mythe, de Serafin Fanjul: contes, légendes, clichés et réalité d'une civilisation

Le bataille de Guadalete (ou de la Barbate) entre le 19 et le 26 juillet 711, gravure du XIXe siècle. ©PrismaArchivo/Leemage
Par Paul-François Paoli
Publié le 26/10/2017
 
Dans son essai Al Andalus, l'invention d'un mythe, Serafin Fanjul déconstruit le mythe romantique d'un islam éclairé dans l'Espagne médiévale.
 
Nous avons tous entendu parler d'al-Andalus, mais qui sait précisément ce que recouvrent ces deux mots magiques?
Un paradis perdu au cœur d'un Moyen Âge obscur où musulmans, juifs et chrétiens devisaient à l'ombre de la grande mosquée de Cordoue.
Une sorte d'anti-Daech en somme…
Mais les historiens sont méchants.
Voilà que le rêve se dissipe et qu'une autre réalité apparaît.
Avec Al Andalus, l'invention d'un mythe, Serafin Fanjul ne va pas se faire que des amis, en Espagne évidemment mais aussi en France.
«Les hommes croient ce qu'ils désirent», disait Jules César.
Le mythe d'al-Andalus est calqué sur le désir que naisse ou renaisse ce fameux «islam des Lumières» que tant d'esprits appellent de leurs vœux.
N'a-t-il pas existé dans une Hispanie conquise au VIIIe siècle par quelques dizaines de milliers de guerriers arabes et berbères venus d'Afrique du Nord qui créèrent une civilisation inédite à laquelle coopérèrent les trois religions du Livre?

Tours de passe-passe démocratiques


Alternative Santé. L'expérience de la médecine naturelle.


Bonjour à tous,

Ces dix derniers jours ont confirmé l’état de délabrement de notre démocratie sanitaire et laissent un goût bien amer dans la bouche. Deux petits exemples pour vous en convaincre.

L’enquête sur la nouvelle formule du Levothyrox a connu de nouveaux développements depuis une dizaine de jours après le scandale inauguré l’été dernier.
Il y a eu une perquisition au siège de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) à Saint-Denis, et plusieurs centaines de plaintes et assignations ont été déposées contre les laboratoires Merck, qui commercialisent le médicament, pour « tromperie aggravée, atteintes involontaires à l’intégrité physique et mise en danger de la vie d’autrui ».
Jusque-là tout va bien, me direz vous, la justice suit son cours, etc.

Oui, mais voilà, pour que ces plaintes soient recevables il faut évidemment un certificat médical en bonne et due forme.
Et quelles consignes pensez-vous que le Conseil national de l’Ordre des médecins a cru bon de diffuser par le biais d’une circulaire adressée aux médecins qui seraient amenés à recueillir les plaintes de victimes ?
Ecoute, empathie, exhaustivité ?
Cherchez encore…

Non, l’Ordre des médecins leur demande de « décrire uniquement les faits médicaux personnellement constatés », et de « rapporter les dires du patient au conditionnel ou entre guillemets ».

Autrement dit, pour qui sait lire entre les lignes, de douter par principe de la parole des patients.
Ce qui aura pour effet, très concrètement, de minimiser les faits indésirables relatés dans lesdits certificats et donc de fragiliser leurs dossiers juridiques.

Alors que nos députés s’apprêtent à voter demain vendredi la loi sur l’extension de l’obligation vaccinale à 11 vaccins, sans aucune concertation et dans la précipitation, on découvre une autre petite perle démocratique.
Comme nous l’expliquions plus tôt dans la journée dans une autre lettre d'information à destination des signataires de notre pétition, contrairement aux affirmations médiatiques répétées de la ministre de la Santé, l’extension de l’obligation vaccinale s’accompagnera de sanctions très lourdes.

Les parents récalcitrants risqueront 2 ans de prison au lieu de 6 mois aujourd’hui, et 30 000 euros d’amende au lieu de 3 750 euros aujourd’hui.

TVL, journal du jeudi 26 oct. 2017: Lancement des amoureux de la France

 


Ajoutée le 26 oct. 2017
 
02:11 - Politique / Lancement des amoureux de la France
08:48 - Société / Pédophilie : le prochain scandale d’Hollywood
11:37 - Immigration / La Guyane aux clandestins
14:37 - International / Arabie Saoudite : rêve de grandeur et modernité
17:57 - L’actualité en bref
22:45 - La France de Campagnol

Détruire les croix, construire des minarets, voilà où nous en sommes !

 
 


jeudi 26 octobre 2017

Vous n'avez pas pu passer au travers de cette information, pour une fois relayée par la quasi des médias écrits:
 
Au terme d'une procédure initiée en 2015 par ces connards de la Fédération morbihannaise de la libre pensée, le Conseil d'Etat a ordonné que la municipalité de Ploërmel procède à la destruction de la croix et de l'arche surplombant (7, 5 mètres du sol) la statue de Jean-Paul II, une oeuvre offerte à la commune par un artiste russe.
La commune devra de surcroît (sans heu de mot) verser 3 000 euros aux requérants.
Aux motifs que: loi de 1905, domaine public, laïcité et blablabla...

Mais peut-être êtes-vous passé à côté de cette information: Les travaux de la future grande mosquée de la Meinau à Strasbourg ont débuté.

Paris : après le HLM d’Alexis Corbière, l’appartement RIVP de Danielle Simonnet

 
 
Danièle Simmonet, très attachée au XXe arrondissement, ici rue des Partants. LP/Olivier Corsan
 
Céline Carez| 25 octobre 2017
La conseillère de Paris occupe avec son conjoint un 83 m2 avec balcon dans le quartier Saint-Fargeau (XXe) pour un loyer de 1 300€. Ce n’est pas illégal, mais cette occupation fait débat.
 
Après le HLM d’Alexis Corbière, député de la France Insoumise, le logement RIVP de Danielle Simonnet.
 
La conseillère de Paris, candidate aux dernières municipales et législatives, porte-parole et fidèle de Jean-Luc Mélenchon (la France insoumise), est logée depuis 1999 par le bailleur social la RIVP (Régie immobilière de la ville de Paris).
En 2003, l’élue a obtenu un appartement plus grand (en moins d’un an).
Et occupe avec son conjoint un 83 m2 avec balcon dans le quartier Saint-Fargeau (XXe) pour un loyer de 1 300€.
Cela n’a rien d’illégal.
C’est un loyer libre, établi par la RIVP sans barème.
Mais l’immeuble géré par le bailleur social a été bâti avec des subventions publiques.
Et le loyer est 30 à 40 % moins cher que dans le privé.
« C’est effectivement très bon marché », analyse Laurent Vimont, président de Century 21 France.
Interrogée ce mercredi sur le sujet, Danielle Simonnet explique qu’elle n’a pas l’intention de partir. « Je ne veux pas me loger dans le privé, enrichir un propriétaire privé et participer à la spéculation immobilière ».

Rennes. Le port du burkini autorisé dans les piscines municipales

 
 
burkini


26/10/2017 – 06H00 Rennes  (Breizh-info.com) 

Le port du burkini est autorisé dans les piscines municipales de Rennes.

C’est en tout cas ce que laisse entendre un email adressé par la direction des sports de la ville de Rennes, à un internaute en colère (et manifestement usager de la piscine municipale des Gayeulles) .
Cet usager s’offusquait, dans un message posté sur le site de Rennes Métropole, de l’autorisation qu’auraient eu de jeunes femmes musulmanes de se baigner dans la piscine en burkini, ce maillot de bain islamique intégral, qui avait fait polémique notamment en Corse en 2016, avant d’être interdit de plusieurs plages de France.
Interdit en tant que « manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse”.
Voici ci-dessous la réponse de la direction des sports de la capitale bretonne :
 
Mail Burkini

Rien de neuf sous le soleil concernant la ville de Rennes, qui suite à la vague médiatique sur cette tenue islamique, avait précisé sa charte municipale de la laïcité, en expliquant qu’« il n’y a aucune raison d’interdire à une femme de nager dans une piscine municipale en lycra, et donc en combinaison intégrale ».
Nous n’avons pas réussi à joindre Mme Esnault, chargée de communication à la mairie de Rennes, pour avoir plus d’explication.

Immigration : « Astérix » censuré pour ne plus évoquer les « Gaulois qui résistent à l’envahisseur »

 
 
Posted by La Rédaction on 26th octobre 2017
 
BREIZATAO – NEVEZINTIOU (26/10/2017)

 Symptôme de la mise au pas idéologique que traverse une France en voie d’afro-islamisation avancée, les publications les plus emblématiques – et les plus identitaires – sont purgées pour se conformer au dogme du remplacement ethnique.
 
Ainsi en est-il de la fameuse bande dessinée « Astérix & Obélix »mettant en scène les deux fameux Gaulois déterminés à s’opposer à la conquête de leur pays par Rome.
Las, cette trame de fond est précisément devenue « trop gauloise » à mesure que l’immigration de peuplement modifie le « public moyen ».
C’est la conclusion que l’on retire en lisant l’hebdomadaire Valeurs Actuelles qui s’en fait l’écho dans ses colonnes.
Valeurs Actuelles (source) :
Quarante ans après la mort de Goscinny et six ans après qu’Uderzo a renoncé à dessiner, le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad sortent le 37e volume des aventures d’Astérix intitulé Astérix et la Transitalique.

Manifestations avant la visite présidentielle : la Guyane attend Macron de pied ferme (IMAGES)

 
 
Manifestations avant la visite présidentielle : la Guyane attend Macron de pied ferme (IMAGES)

© Jody Amiet
Quartier Matine-Leblond de Cayenne en avril 2017

Les différents mouvements qui composent le collectif se sont succédés en tribune place des Palmistes, pour appeler la population à se mobiliser le 26 octobre lors d'une marche dans Cayenne, au moment où le président sera à Maripasoula, commune défavorisée du sud-ouest guyanais.
 
 
Santé, éducation, justice, sécurité, immigration: le collectif a répété les revendications qu'il portait lors du mouvement social en mars et avril dernier.
«Le social se meurt, la délinquance demeure», pouvait-on lire sur une banderole.

Nicolas Dupont-Aignan : « Je maintiens - la France est colonisée ! »

  



À l’initiative de plusieurs personnalités politiques, notamment de Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, et de Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, la plate-forme des « Amoureux de la France » a été lancée mercredi.

La vie publique et médiatique est aujourd’hui monopolisée par Macron/Mélenchon.
Pour le député de l’Essonne, ce n’est plus possible.
l faut, selon lui, l’union par un programme et par un travail de terrain.
C’est un combat de civilisation car Emmanuel Macron est en train de liquider la France.

De la mère de Merah à Christine Angot : la grande vérité des visages

 




L’analphabète d’Afrique du Nord et la romancière de la rue du Bac possèdent une langue également dénaturée, et inutile, puisqu’elle n’exprime rien.

Les visages en disent autant que les mots, et même davantage, surtout quand on ne voit pas les premiers, et quand on ne comprend pas les seconds.
C’est l’impression que donnent deux femmes que la télévision montre régulièrement, ces jours-ci, et que l’idée de rapprocher paraît incongrue, tant elles sont éloignées : la mère du tueur islamiste Merah et l’« écrivaine » Christine Angot.
La première, Zoulikha Aziri : on ne comprend rien de ce qu’elle dit, elle est en France depuis des décennies, elle ne parle pas le français ; pour le procès de son fils, il lui faut un interprète.
Mais c’est sans importance.
Son visage, enfoulardé jusqu’au menton, fermé, raconte le refus de s’intégrer, un horrible amour pour ses fils, le mensonge jusqu’à l’absurde, l’esprit tribal, roublard, et obstiné dans sa roublardise – ce que l’on appelle « une chance pour la France ».

Ces petites saletés de l’art contemporain

         
                   
Ces petites saletés de l’art contemporain


Les obsessions artistico-contemporaines des plasticiens sont tellement connues qu’elles ne choquent plus, contrairement à ce qu’ils croient : elles saoulent.
 
La Foire internationale d’art contemporain 2017 pollue un certain nombre de musées parisiens, jusqu’au musée Delacroix, écrin violenté.
Mais le musée du Louvre a refusé qu’on installe le Domestikator dans le jardin des Tuileries. "L’œuvre" de douze mètres de haut de Joep Van Lieshout représente un couple stylisé, cubique, en position de levrette.
Jean-Luc Martinez, président du Louvre, a expliqué son refus par l’incompréhension du « public traditionnel ».
Il aurait été plus juste qu’il repousse cette œuvre de son champ de vision par conviction : le sarcophage étrusque dit « des Epoux », un des joyaux du Louvre, s’oppose radicalement au Domestikator.
Hélas, le Louvre n’est pas contre l’art contemporain, il en accueille, relativisme oblige.
Le Domestikator a trouvé refuge sur le parvis du centre Pompidou.
Le musée organise de remarquables expositions de peintres, David Hockney, André Derain ?
Le relativisme, encore lui, exige que les visiteurs subissent et aiment le Domestikator, « magnifique utopie en prise avec l’espace public » selon le directeur de Beaubourg, Bernard Blistène. En quoi une levrette serait-elle une utopie ?
 
Les femmes en action
 
A Bruxelles, la plasticienne Laurence Dufaÿ expose jusqu’au 12 décembre une sculpture représentant un clitoris de trois mètres de haut, Clitoriz soufflé, en mousse de polyuréthane.
Pour dire combien c’est original, un clitoris du plasticien Mathias Pfund a été exposé les trois premières semaines d’octobre sur un rond-point de Neuchâtel, en Suisse.

mercredi 25 octobre 2017

Le dessinateur Marsault adresse un avertissement aux déchets « antifas » qui veulent perturber ses dédicaces

  
Résultats de recherche d'images pour « marsault dessinateur »


25 Octobre 2017, 14:57pm
Publié par Thomas Joly
 
Régulièrement, la mouvance d'extrême-gauche tente, souvent en vain, de perturber les dédicaces du dessinateur anticonformiste Marsault qui vend ses albums par palettes entières sans aucun soutien médiatique.
 
Avec son style bien à lui, alors que c'est un gars plutôt calme, il avertit, sur sa page Facebook, les crasseux qui essaieraient de l'empêcher à l'avenir de rencontrer son public :
 
« Je m'adresse à présent aux antifas.
Faites attention, vraiment.
A chaque fois que vous m'empêchez de rencontrer mes lecteurs, la tension monte, chez eux et chez moi, et ça va vous revenir en pleine gueule avec la puissance d'un train en marche.
Ce qui va se passer si vous continuez à nous casser les couilles, je vous le dis calmement car je ne suis pas un sanguin, est très simple: la prochaine fois que vous viendrez perturber physiquement une de mes dédicaces, mes lecteurs et moi-même on va vous arracher la tête.
L'immense majorité de mes lecteurs sont des adultes, responsables, avec un métier et/ou une famille. Le contraire de vous.
Ces gens-là sont calmes, et l'affaire de Strasbourg prouve qu'ils savent se tenir (si mes lecteurs étaient des bœufs, les 4 antifas seraient morts en moins de 10 secondes).
Je suis calme, mes lecteurs sont calmes.
Méfiez-vous des calmes.

Quatre questions sur la viande bovine tuberculeuse vendue dans les supermarchés français

 

De la viande en libre-service dans un supermarché à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 3 décembre 2014.

De la viande en libre-service dans un supermarché à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 3 décembre 2014. (MAXPPP)
Carole Bélingard France Télévisions
publié le
 
Peut-être en avez-vous mangé cette année.
Trois mille tonnes de viande diagnostiquée positive à la tuberculose sont vendues dans les supermarchés français chaque année, selon un article paru dans Le Canard enchaîné, mercredi 25 octobre.
Franceinfo fait le point sur ces révélations.
 
Qu'est-ce que la tuberculose bovine ?
 
La tuberculose est une maladie provoquée par le bacille tuberculeux (Mycobacterium tuberculosis), qui touche le plus souvent les poumons, rappelle l'OMS.
Il existe une souche bovine (Mycobacterium bovis), responsable de la tuberculose bovine, qui peut être transmise à l’homme dans certaines conditions mais qui touche principalement les bovins, précise le ministère de la l'Agriculture.
En France, plus de 99% des cas de tuberculose chez les humains sont dus à la souche humaine de la maladie (Mycobacterium tuberculosis).
 
Quel est le problème soulevé par "Le Canard" ?
 
L'hebdomadaire souligne que le consommateur ne sait pas qu'il achète de la viande issue d'une vache tuberculeuse.
Aucun étiquetage particulier n'est apposé sur l'emballage.
Et cette viande est "vendue en barquettes 'premier choix'", ajoute Le Canard enchaîné.
Il précise que "la quasi-totalité des bovins exécutés pour cause de tuberculose sont, en effet, des races à viande, proposées plus cher en rayon que la vulgaire vache de réforme", qui a fourni du lait pendant onze ans.
Dans le journal, Laurent Pinatel, un porte-parole de la Confédération paysanne, dénonce les pratiques des industriels.
 
Ils revendent au même prix la viande au consommateur, alors qu'ils l'achètent à bas prix à l'agriculteur, car ce dernier reçoit des aides de l'Etat en cas d'abattage de ses bêtes.
 
"Ils utilisent leurs indemnisations versées par l'Etat pour tirer encore un peu plus vers le bas les prix du marché", dénonce Laurent Pinatel.