jeudi 2 novembre 2017

La hausse de la CSG, l’enfer des vieux !

 




Le texte a été adopté après une séance assez tendue, selon les médias, en pleine nuit comme par des voleurs. Toute l’Assemblée était unie contre le Président.
 
1,7 point de ci, abaissement du taux de là…
Entre les lois de « moralisation de la vie publique », de « transparence » et les mesures de « solidarité générationnelle », bien malin est celui qui comprend quelque chose à ce bazar.
C’est simple : à chaque nouveau problème, une loi ou un nouvel impôt.
Par exemple, nous avons le ministre, monsieur Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, qui veut…
(NB : moi, quand je serai Président, je mettrai un ministre des « Synergies »… Et pourquoi pas ? S’il existe un ministre de l’Action, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas avoir un ministre des Synergies ? Ou de l’Avancée ?)
Je vous demande pardon, je digresse, reprenons : …qui veut augmenter la CSG de 1,7 point.
Le problème est que cette augmentation va toucher une catégorie d’intouchables : nos vioques !
Et ça râle !
De Collard à Autain, c’est pour vous dire !
En même temps – comme dirait Macron –, les impotents, les petits râleurs, les puits de science, nous les aimons bien…
Enfin, je veux dire que les histoires de mon grand-père sur la guerre et les gâteaux de ma grand-mère (système patriarcal genré et carniste !), tout le monde a un souvenir plus ou moins similaire…
Alors, aller taper sur les vieux avec l’impôt, ça fait jaser dans les chaumières.
Le but de l’augmentation de la CSG est de pallier une future baisse des cotisations salariales dans l’espoir de rendre du pouvoir d’achat au travailleur.
On donne du pouvoir d’achat à l’actif pendant que l’on ponctionne les inactifs…
On peut comprendre le raisonnement de Macron : le vrai consommateur, c’est le type bossant à la Défense, pas papi à Trifouillis-les-Oies qui va chez Brico acheter ses graines de potimarron…
Alors, monsieur Darmanin, ministre de l’Action de son état (je me répète), a déclaré que, pour les vieux séniles, la hausse serait compensée par la suppression de la taxe d’habitation…
Promesse de Gascon s’il en est, car il faut d’abord convaincre les maires qu’ils doivent dorénavant s’asseoir sur un joli magot !
Je vous fais la version courte : « L’augmentation de la CSG est consécutive à un abaissement des cotisations salariales, pour augmenter le pouvoir des actifs…
Le risque est cependant élevé que le pouvoir d’achat des seniors chute drastiquement…
Donc, nous allons supprimer la taxe d’habitation… »
 Si vous avez l’impression de voir un enfant jouer avec des leviers, en attendant qu’il appuie sur le bouton nucléaire, je suis d’accord avec vous, j’ai le même sentiment.

Le texte a été adopté après une séance assez tendue, selon les médias, en pleine nuit comme par des voleurs.

Toute l’Assemblée était unie contre le Président, même les plus constructifs des Constructifs (une confrérie de bâtisseurs de droite) : « Nous sommes prêts à aider le président de la République, mais à condition d’arrêter les rustines et les tours de passe-passe. »

C’est vrai que jouer sur les budgets comme un vulgaire épicier…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.