lundi 6 novembre 2017

La mort pour les djihadistes français au Levant : tant pis ou tant mieux ?


 



 
Ces djihadistes sont des grands garçons et des grandes filles, responsables…

Samedi 4 novembre, Marine Le Pen, présidente du Front national, à l’occasion de sa tournée des fédérations, faisait étape en Seine-et-Marne dans la commune de Fontenay-Trésigny.
Lors d’une allocution devant les militants, elle a déclaré, que les terroristes de Daech, citoyens français, « doivent être jugés, ainsi que leurs femmes complices, par les autorités syriennes ou irakiennes, selon les lois du pays qu’ils ont violées ».
Ajoutant : « Et tant pis pour eux si c’est la peine de mort. »
C’est Le Huffington Post qui rapporte l’information avec un extrait de vidéo de cette allocution et titre : « Pour Marine Le Pen, “Tant pis si les Français de Daech écopent de la peine de mort en Syrie”. »
Le journaliste du Huf conclut, faussement laconique, son court papier en écrivant : « Et Marine Le Pen de faire peu de cas du sort qui pourrait leur être réservé […] Une proposition particulièrement appréciée dans l’assistance, à en croire les applaudissements nourris qui ont suivi cette déclaration. »
Il est vrai que Marine Le Pen semble, comme sans doute beaucoup de Français, plus faire cas du sort des victimes du terrorisme islamiste, surtout s’ils sont français, que du sort de ceux qui se sont embringués de leur plein gré dans l’aventure sanguinaire du djihad, femmes comme hommes, parité oblige.
Traduction personnelle du discours de Marine Le Pen : ces djihadistes sont de grands garçons et de grandes filles, responsables.
Qu’ils assument s’ils meurent là-bas, condamnés par des tribunaux réguliers.
En lisant ce papier du Huf, je me suis évidemment souvenu des propos de Mme Florence Parly, ministre des Armées, au sujet, justement, des djihadistes citoyens français, engagés dans les rangs de Daech.
C’était il y a tout juste deux semaines, au micro d’Europe 1 : « Ce que nous voulons, c’est aller au bout de ce combat. Et, bien sûr, s’il y a des djihadistes qui périssent dans ces combats, tant mieux. » Une déclaration qui était passée comme une lettre à la poste quand elle n’est pas en grève.
Traduction personnelle du discours de Florence Parly : ces djihadistes, s’ils meurent là-bas, sous nos bombes, nos balles ou celles de nos alliés, ce sera toujours des terroristes qui ne remettront pas les pieds sur le territoire national.

Je m’étonne, du reste, que personne n’ait vu, pour l’instant, le parallèle entre les propos du ministre et ceux de la présidente du Front national : deux mâles déclarations, inspirées peut-être par Athéna, déesse de la sagesse et de la stratégie militaire !

Une question d’éthique : est-il mieux de dire « Tant pis ! » ou bien est-il pire de dire « Tant mieux ! » ?

La question mérite d’être posée.

Je vous laisse y répondre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.