dimanche 5 novembre 2017

Plus de 5 millions d’euros ont été détournés à la Croix-Rouge



© PhotoNews
 
© PhotoNews
 
Mis en ligne le 4/11/2017
Par AFP
 
L’organisation dénonce le détournement de fonds destinés à la lutte contre Ebola entre 2014 et 2016 en Afrique de l’Ouest avec la complicité de certains de ses employés.
 
La Croix-Rouge a révélé que plus de 5 millions d’euros avaient été détournés en Afrique de l’Ouest, avec la complicité de ses employés, à partir des fonds versés pour lutter contre l’épidémie d’Ebola entre 2014 et 2016.
« La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) est outragée par la découverte de ces fraudes » en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, selon un communiqué publié sur son site.
L’épidémie d’Ebola a fait plus de 11.300 morts et contaminé près de 29.000 personnes, principalement dans ces trois pays d’Afrique de l’Ouest.

Trafic de fausses factures
                                  
La Croix-Rouge a versé des dizaines de millions d’euros aux sociétés de Croix-Rouge et Croissant-Rouge dans ces pays.

Mais des audits ont révélé « une collusion probable entre d’anciens employés de la FICR et des employés d’une banque de Sierra Leone qui a conduit à une perte financière possible de 2,13 millions de francs suisses » (1,83 million d’euros).
Ils ont également découvert un trafic de fausses factures d’un service de dédouanement en Guinée qui aurait entraîné une perte estimée à 1,17 million de francs suisses (1 million d’euros).

Deux enquêtes encore en cours

Deux autres enquêtes sont encore en cours au Liberia sur le gonflement de prix des produits de secours, de salaires et de primes versées aux volontaires, d’un montant total estimé à 2,7 millions de francs suisses (2,3 millions d’euros), selon la même source.
« La FICR s’engage à demander des comptes à tous ceux qui ont été impliqués dans ces fraudes et à réclamer tous les fonds mal appropriés, détournés ou saisis illégalement ».

La Croix-Rouge se dit « prête à lever toutes les immunités et tous les privilèges (…) de tout employé impliqué ».

lesoir.be

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.