mardi 5 décembre 2017

Aïe: les relevés satellites ne montrent aucun réchauffement climatique depuis 23 ans

 
 
 
Publié par Christian Larnet le 3 décembre 2017
 
Selon une nouvelle étude financée par le ministère de l’Énergie américain, la planète ne s’est pas réchauffée depuis plus de deux décennies.
 
Le réchauffement a été de 0,096 degré Celsius par décennie

Les climatologues John Christy et Richard McNider, de l’Université d’Alabama-Huntsville, ont découvert qu’en éliminant les effets climatiques des éruptions volcaniques au début du relevé de la température par satellite, il n’y a pratiquement aucun changement dans le taux de réchauffement depuis le début des années 1990.
 
« Nous avons indiqué il y a 23 ans – dans notre article de 1994 sur la nature – que les modèles climatiques supposaient une sensibilité de l’atmosphère au CO2 beaucoup trop élevée », a déclaré Christy dans un communiqué. « Ce récent article renforce notre conclusion. »
 
Christy et McNider ont constaté que le réchauffement a été de 0,096 degré Celsius par décennie après « l’élimination du refroidissement volcanique au début de l’histoire », ce qui est « essentiellement la même valeur que celle que nous avons déterminée en 1994… en utilisant seulement 15 ans de données ».
L’étude sera inévitablement controversée.
Certains la mépriseront, d’autres l’ignoreront, d’autres encore insulteront Christy et McNider et ceux qui les citent, alors pourtant que l’essence même de la science est de remettre en question les thèses établies. Bref.
Christy soutient depuis des années que les modèles climatiques exagèrent le réchauffement de la planète, ce que les satellites – dont les données sont ignorées – démontrent depuis la fin des années 1970.
Christy est un sceptique notoire du réchauffement climatique catastrophique causé par l’homme.
Cela fait de lui un paria, et cela ne semble pas trop le décoiffer.
Il a déclaré que ses résultats renforcent son affirmation selon laquelle les modèles climatiques prédisent un réchauffement trop important dans la troposphère et que les modèles sont trop sensibles à l’augmentation des concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.
 
« D’après nos observations, nous avons calculé cette valeur à 1,1 C (près de 2° Fahrenheit), alors que les modèles climatiques estiment cette valeur à 2,3 C (environ 4,1° F) », a déclaré Christy.
 
Il est important de noter que de nombreux scientifiques ont maintenant reconnu le décalage entre les prévisions des modèles réchauffistes et les observations de température réelles, mais que peu d’entre eux en ont tiré les conclusions pour contester la validité des modèles eux-mêmes.
Par exemple, une étude récente menée par le climatologue Ben Santer, du Lawrence Livermore National Laboratory, a révélé que même si les modèles étaient faux, la « surestimation est en partie due à des déficiences systématiques dans certains forçages externes post-2000 utilisés dans les simulations des modèles « .
Comprendra celui qui pourra.
En toute objectivité, l’élimination par Christy du refroidissement volcanique des données satellitaires sur la température pourrait également faire l’objet d’un examen minutieux.
C’est ainsi que fonctionnait la science avant la dictature réchauffiste.
L’étude a également supprimé les cycles d’El Niño et de La Nina, qui sont particulièrement prononcés dans les enregistrements satellitaires, mais ces cycles se sont en grande partie annulés, ont dit les co-auteurs.
Christy a déclaré que ses travaux montrent que « les modèles climatiques doivent être révisés pour mieux refléter les conditions du climat réel, alors que les politiques basées sur les résultats et les prévisions des modèles climatiques précédents pourraient devoir être reconsidérées ».
  • Deux grands volcans – El Chichon en 1982 et Pinatubo en 1991 – ont fait plonger la température moyenne de la planète en raison des cendres volcaniques, de la suie et des débris réfléchissant la lumière du soleil dans l’espace.
  • « Ces éruptions se sont traduites par une mesure de réchauffement ultérieur plus importante au cours des années suivantes, ce qui donne l’impression que le réchauffement semble augmenter en raison des émissions anthropiques ou d’autres facteurs », a dit Christy.
  • « Ces éruptions sont survenues relativement tôt au cours de notre période d’étude, ce qui a fait baisser les températures dans la première partie de l’ensemble des données, ce qui a entraîné une tendance au réchauffement exagérée dans l’ensemble du dossier « , ajoute Christy.

Bien que les éruptions volcaniques soient des événements naturels, c’est le moment où elles se sont produites qui a eu un effet si notable sur la tendance.
« Si les mêmes éruptions s’étaient produites près de la fin plus récente de l’ensemble de données, elles auraient pu pousser la tendance générale vers des chiffres négatifs, ou un refroidissement à long terme », conclut Christy.
 
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.