mardi 9 janvier 2018

Corse : délire identitaire et réalités démocratiques

 


Le 09/01/2018


Encouragés par quarante-cinq années de laxisme d’État, les séparatistes spéculent à présent sur la « modernité » du gouvernement actuel pour arracher enfin la Corse à la France.
 
On ne pouvait y couper !
L’installation de la nouvelle Assemblée de Corse le 2 janvier a une nouvelle fois donné lieu, dans l’hémicycle, à un spectacle outrancier, confinant au délire.
Reconduit dans sa fonction de président de l’Assemblée, M. Talamoni s’est de nouveau surpassé en surenchère provocatrice.
Substituant le parler corse à la langue de la République, il n’a guère eu de peine à subjuguer des médias acquis ou niais.
Tétanisée, la pitoyable opposition républicaine ne lui a guère compliqué la tâche.
Mais il en a encore trop fait, ce qui appelle une nouvelle mise au point.
Rappelons, pour commencer, que l’intéressé n’est que le chef de la minoritaire fraction extrémiste du séparatisme, mais il cherche par son activisme débridé à supplanter M. Simeoni dans le leadership de leur coalition séparatiste.
Tous deux se sont mis d’accord pour surfer sur la soi-disant vague « historique » des résultats électoraux, et revendiquer comme coulant de source un « statut d’autonomie de plein droit et de plein exercice », avec pouvoir législatif, consentant à repousser de dix ans l’objectif retenu de l’indépendance.
Ils clament péremptoirement qu’ils expriment la volonté majoritaire des Corses, prenant allègrement leurs désirs pour des réalités.
Aussi importe-t-il de marteler ces dernières, à l’intention de ceux à qui on ne fait pas prendre des vessies pour des lanternes.

Tout d’abord, contrairement aux autres régions du pays, le président de l’Assemblée de Corse ne détient d’autre pouvoir que celui de diriger les débats de ladite Assemblée.
Seul le président du conseil exécutif, en l’occurrence M. Simeoni, a aujourd’hui le droit de parler au nom de la Corse.
Ensuite, contrairement à la présentation qui en est faite, les récents résultats électoraux ne marquent en rien le triomphe du séparatisme insulaire.
Que l’on en juge !
À l’élection présidentielle du printemps, Marine Le Pen est arrivée en tête avec 27,87 % des voix, suivie de François Fillon (25,51 %) et Emmanuel Macron (18,49 %).
À eux trois, ils ont donc totalisé 71,87 % des suffrages.
Que l’on sache, ces personnalités ne passent pas pour des séparatistes.
Il est vrai qu’à la dernière élection territoriale de décembre dernier, la coalition séparatiste a obtenu le score impressionnant de 56,18 % des suffrages exprimés.
Mais que vaut cette victoire au regard des 50,63 % des abstentionnistes et votes blancs, c’est-à-dire d’une majorité absolue de la population ?

En fait, les séparatistes n’ont obtenu l’adhésion certaine que de 26,18 % des insulaires, soit un sur quatre.

Le scrutin, de surcroît, ne portait point sur l’évolution institutionnelle de la Corse, mais sur une question administrative.

Au demeurant, maints insulaires ont été agacés de se voir imposer la suppression des départements, qu’ils avaient rejetée par référendum en 2003.



J'ai fait un rêve.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.