vendredi 5 janvier 2018

Je m'appelle Receyp Tayyip Erdogan et je vous emmerde !

 
 



Erdogan est donc à Paris, Macron lui a offert un repas sympa (avec vos sous) et ils se sont même donnés du " Cher ami " ! C'est beau la realpolitoc ! J'adore.

Nous voilà recevoir l'un des pires dictateur du moment mais on fait comme si que... comme si le mec était fréquentable.
 Normal, on en a besoin.
C'est un bon client qui nous achète plein de trucs, armes y compris.
Mais c'est aussi un gars qui d'un simple coup de barrière levée peut se faire déverser sur le continent européen (continent auquel Erdogan considère appartenir pleinement) des centaines de milliers de réfugiés-migrants-muzz, il en 3 millions en stock.
Il nous tient par les couilles et il le sait comme le savent très bien tous les leaders de l'UE, Merkel y compris.
Enfin bref, c'est un mec normalement infréquentable qu'on est obligé de fréquenter.
Un jour on nous dit que la Turquie ne rentrera jamais dans l'Union Européenne et un autre jour, on découvre que des centaines de millions d'euros, voire des milliards, continuent d'être versés par l'UE à la Turquie en vue de l'aider à se mettre à nos standards de pays dits libres et civilisés.
Lui même, Erdogan s'y voit déjà dans l'UE.
Voir notre Jupiter et Erdogan (l'homme qui demande à ses ressortissants européens d'origine turque de faire tout plein de bébés pour mieux nous diluer) se pavaner à la télé, au palais de l'Elysée, face à tous ces journalistes dont certains osent poser les bonnes questions sans recevoir les bonnes réponses, a quelque chose d'indécent, d'obscène, de révoltant.
Mais c'est ainsi, l'hypocrisie est reine dès lors qu'il s'agit de realpolitik.
On aura beau nous dire que le Macron a abordé tous les sujets qui fâchent - c'est ce que l'on nous dit à chaque fois dans ce genre de situation - et que la question des droits de l'Homme n'aura pas été mise de côté, nous ne sommes pas dupes , sauf peut-être les journalistes de BFM (ils sont formidables ceux-là),
Erdogan fera ce qu'il voudra en son pays et partout où cela lui chantera que ce soit en Syrie, en Irak, au Kurdistan, en Turquie bien sûr, voire en Europe.
On aura beau nous dire que nos deux pays sont unis, mains dans la main, pour lutter contre le terrorisme, on sait très bien que si le Turc veut alimenter, armer et financer les coupeurs de têtes (surtout si ces dernières sont kurdes), il le fera.
C'est même sidérant de voir avec quel aplomb cet homme nous parle: il se fout royalement de ce que l'on peut penser de son comportement et de son régime, il ne dément jamais rien mais renvoie la balle mieux qu'un Zlatan dans les pieds américains ou syriens.
Il autorise la torture, Il fait arrêter des milliers de fonctionnaires, il ferme plus de cent journaux, il embastille les journalistes, ses opposants et, tant qu'à faire, les homosexuels, la peine de mort est monnaie courante, etc...
Une main de fer dans un gant d'acier !
Cela nous heurte, nous choque, nous révolte, il s'en amuserait presque, il s'en tape.
Il fait son job, il fait ce pourquoi il s'est fait élire, une majorité de SON peuple le soutient, l'Islam ne s'est jamais aussi bien porté en Turquie, alors faîtes pas chier les gars, je m'appelle Receyp Tayyip Erdogan et je vous emmerde !

Et nous, on courbe l'échine, on prend ça dans la tronche parce qu'on n'a pas le choix.
Nous le savons, Macron le sait et Erdogan le sait mieux encore !
Alors fermons-là et laissons faire l'Histoire.
Autrement, j'vois pas.

Par contre, ce qui est rigolo comme tout à constater c'est de comparer les titres de nos journaux et médias divers à propos de cette visite et de se souvenir (Gogol est parfois bien utiles) des Unes de ces mêmes journaux quand c'était Sarko qui recevait un dictateur...

Juste un exemple, vous en trouverez d'autres si cela vous amuse:

Libération, il y a 17 heures: " Erdogan à Paris dans l'espoir de renouer avec l'UE "

Libération, le 8 juin 2008: " Le dictateur syrien Bachar el-Assad invité officiel au défilé du 14 Juillet "
Jusqu'à maintenant et à propos de cette visite à Paris, je n'ai trouvé aucun journal mainstream accoler dans un titre le mot de dictateur à Erdogan.

corto74


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.