mardi 2 janvier 2018

L'impératrice de la chienlit

 
Résultat de recherche d'images pour "Pinault hidalgo"

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb considérait ce 1er janvier que les festivités du Nouvel An s’étaient "bien passées" en France.


À ce personnage typiquement macronien on répondra par les chiffres qui proviennent précisément de son ministère.
Outre la scandaleuse et violente agression dont ont été victimes deux policiers à Champigny on a comptabilisé officiellement huit policiers et trois militaires de l’opération Sentinelle blessés durant la nuit.
"Dans l’ensemble, estime-t-il cependant, les gens ont pu jouir de la nuit de la Saint-Sylvestre de manière pacifiée."
Les propriétaires des 1 031 voitures incendiées ont certainement beaucoup apprécié cette pacification. Leur nombre est en hausse de 7 % par rapport aux 935 de l’année dernière.
Les interpellations sont passées de 456 à 510 personnes, +12 %.
Les braillards, ivrognes et voyous qu'il a fallu maintenir en garde à vue, ont augmenté de 16 % : 349 contre 301.
Et pourtant 140 000 policiers, gendarmes, militaires, sapeurs-pompiers et personnels de secours avaient été mobilisés durant la nuit de la Saint-Sylvestre.
Oui la chienlit progresse à grands pas Macrono regnante.
Mais on n'oubliera surtout pas dans ce tableau d'honneur la championne olympique et tenante du titre toutes catégories, la citoyenne Hidalgo.
Elle avait donc convoqué les Parisiens, et quelques autres, à se rassembler, on ne sait pourquoi, aux Champs-Élysées le 31 décembre, à proximité de minuit.
Plusieurs centaines de milliers de personnes ont ainsi afflué.
Pour rien ou presque : un petit film dérisoire dédié aux aventures supposées parisiennes d'un chat et un feu d'artifice bien modeste.
Et pourtant l'argent continue de couler à flots, malgré les déficits, pour ce qui importe vraiment aux yeux de la mairesse de Paris.

Celle-ci n'ignore sans doute pas que les finances trouées de son budget de démagogie et de copinage constitueront le point faible de sa prochaine campagne électorale.
Elle pratique donc la fuite en avant d'initiatives de plus en plus calamiteuses, telles les opérations de piétonnisation vouées à chasser de Paris les banlieusards, les artisans et, en définitive, la clientèle française de magasins désormais réservés aux touristes.
Le résultat de l'opération Champs-Élysées ne doit pas être ignoré.
Cette nuit de la Saint-Sylvestre a mobilisé pour la sécurité de la foule festive du nouvel an à Paris ce qui a manqué en banlieue, et par exemple à Champigny.

Depuis plusieurs mois, en vérité, le doute n'est pas possible.
La mégère Hidalgo se prend pour une impératrice.
L'une des dernières séquences de son complexe de grandeur avait été la brillante opération financière permettant de transformer l'ancienne Bourse du Commerce en musée Pinault pour une bagatelle évaluée par Le Canard enchaîné à 86 millions d'euros.
Une impudente photo la montre dans toute sa pharaonique bouffissure, voisinant avec le mécène qui semble lui-même stupéfait.

Mais il y a plus.
Jusqu'au 17 février à l'Hôtel de Ville, une exposition annoncée pour gratuite, gratuite pour qui ? est consacrée au révolutionnaire communiste Ernesto Guevara.
Le 29 décembre, sur son compte Twitter la mégère Hidalgo se félicite de l'initiative, que l'on doit à ses services : "Avec l'exposition Le Che à Paris, la capitale rend hommage à une figure de la révolution devenue une icône militante et romantique.
À découvrir gratuitement à l'Hôtel de Ville de Paris."

Les protestations des personnes informées ne se sont pas fait attendre, certaines bien documentées. J'en retiens particulièrement une : Merci de remplacer : "icône militante et romantique" par "bourreau sanguinaire" Signé : un Parisien ayant financé cette "exposition gratuite" par ses impôts locaux.

Je laisse la conclusion de ce débat à Mme Valérie Boyer

#LeChe : Plus de 200 morts de ses mains, 1 700 fusillés, 4 000 internés la première année de la prise de #La Havane.

#Hidalgo ose toutes les indignités... c'est aussi à ça qu'on la reconnaît.

 
JG Malliarakis

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.