mardi 9 janvier 2018

Macron l’imposteur

 
 
 Résultat de recherche d'images pour "macron girouette"
Posté le 09 janvier , 2018,   
            
J’ai, dès le moment de la campagne électorale, dénoncé l’imposture que constituait la candidature d’Emmanuel Macron.
 

J’ai, lorsqu’il a été élu, continué à dénoncer l’imposture.
Nous sommes, sept mois plus tard, dans la continuation de l’imposture.
Emmanuel Macron persiste à prononcer des discours vides et vagues.
Il prend la pose et imite les Présidents des États-Unis lorsqu’il signe des lois, mais ces lois relèvent du simulacre.
La réforme du Code du travail ne change pas grand-chose à celui-ci, et ceux qui y voient des surcroîts de flexibilité à même de redonner du dynamisme à l’économie et de la flexibilité aux entreprises se contentent d’infiniment peu.
La loi anti-terroriste est du même acabit, et constitue une gesticulation destinée à cacher l’immobilisme : elle ne nomme même pas les dangers, et propose des mesures qui sont semblables à celles qui existaient déjà dans d’autres lois, et portent tout juste des noms différents.
Les changements dans la fiscalité sont du même ordre : certaines taxes sont supprimées, d’autres sont considérablement alourdies, et le résultat est donc nul.
Quand il ne signe pas des lois qui relèvent du simulacre, Macron brasse du vent et montre qu’il ne manque pas d’air : il se prend pour plus important qu’il n’est en réalité et organise des sommets coûteux, inutiles et grandiloquents, tels que, récemment, le « One Planet Summit » (Sommet Une Planète) censé mettre en place les moyens de sauver l’humanité contre un « dérèglement climatique » qui n’existe pas.

Quand il parle de la France, Macron s’efforce vite de changer d’échelle et de passer à un discours sur l’Europe et un « projet européen » qu’il entend, dit-il, élaborer avec l’Allemagne.
Mais il ne dit, bien sûr, pas que l’Allemagne est dans une situation difficile et dans un crépuscule préoccupant.
Quand il parle de politique étrangère, il s’affirme porteur de grands principes, mais il trahit aussitôt ces principes en s’affichant avec des criminels musulmans corrompus, tels Recep Tayyip Erdogan, Hassan Rohani, ou Mahmoud Abbas.
Il peut continuer sur sa lancée, parce qu’une pensée quasiment monolithique règne en France, et parce qu’en conséquence, les mots perdent leur sens.
Macron peut, ici ou là, ainsi, se trouver qualifié de « libéral », ce qu’il n’est pas une seule seconde.
Il peut continuer sur sa lancée aussi parce qu’il est parvenu à susciter une décomposition de la vie politique, et parce qu’il n’a pas en face de lui une opposition claire, établie et structurée.
Il incarne, non pas un renouveau pour la France, mais une déliquescence prolongée, un déclin en pente douce qui conduit vers la faillite et vers l’extinction, sans heurts apparents.
Il est le vecteur, non pas d’une soumission de la France à un ordre mondial qui se mettrait en place, mais de la gestion d’une euthanasie.
Pas une seule fois dans ses discours, il n’a évoqué les réels problèmes auxquels la France est confrontée, sinon de manière vague et insignifiante.
Il y a, en France, aujourd’hui, plus de huit millions de personnes vivant dans l’extrême précarité, sinon la misère, et une croissance asthénique résultant de prélèvements obligatoires écrasants et de réglementations liberticides.
Rien n’est fait pour amoindrir la précarité, diminuer les prélèvements obligatoires et réduire le nombre des réglementations liberticides.
Il y a une islamisation préoccupante, l’expansion des zones de non-droit, et un phénomène de partition du pays entre deux populations étrangères l’une à l’autre : l’une musulmane et de plus en plus éloignée de l’intégration (et incluant en son sein des groupes prédateurs), l’autre non musulmane et de moins en moins chrétienne, en perte complète de repères, condamnée à subir.
Des discours sirupeux et faux sur l’islam ne peuvent en aucun cas conduire à une solution, la fréquentation servile d’autocrates islamiques non plus.
La situation était déjà préoccupante sous François Hollande.
Elle est désormais désespérée.
Je ne veux pas déduire que les Français, en ayant porté Emmanuel Macron au pouvoir après François Hollande ont choisi le suicide.
Il m’arrive néanmoins de le penser.

Y a-t-il quelqu’un pour arrêter les engrenages enclenchés ?

Je n’ai pas la réponse.

Je ne vois personne.

les4verites

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ici, les commentaires sont libres.
Libres ne veut pas dire insultants, injurieux, diffamatoires.
À chacun de s’appliquer cette règle qui fera la richesse et l’intérêt de nos débats.
Les commentaires injurieux seront supprimés par le modérateur.
Merci d’avance.